Yacine Oualid : Création de 18 incubateurs d’entreprises, dont 14 à Alger

Yacine Oualid : Création de 18 incubateurs d’entreprises, dont 14 à Alger

 

Lors de son passage, aujourd’hui lundi, à la Radio Chaine 1, le ministre délégué chargé de l’Économie de la connaissance et des Starts-up, Yacine Oualid, a révélé la création de 18 incubateurs d’entreprises à ce jour.

Durant cette même déclaration, il a annoncé le lancement imminent d’un fonds pour financer les entreprises émergentes et innovantes, ainsi qu’un ensemble de cadres juridiques pour réguler et faciliter leur travail.

Yacine Oualid considère que les sociétés émergentes sont l’un des piliers sur lesquels le gouvernement se repose pour établir une nouvelle économie capable de créer de la richesse et des emplois.

Le fonds de financement des institutions émergentes a été créé et seul le cadre juridique attend d’être publié dans le Journal officiel d’ici quelques jours. L’objectif est de le lancer et de commencer à recevoir des demandes de financement via un portail électronique, afin d’éviter les obstacles bureaucratiques.

Le ministre délégué a révélé que ces entreprises émergentes bénéficieront d’exemptions fiscales, d’une aide financière, ainsi que de services d’incubateurs et d’accélérateurs.

Il a confirmé que 18 incubateurs d’entreprises ont été établis, dont 14 dans la capitale, et que le ministère a l’intention de mettre sur pied un incubateur dans chaque wilaya du pays.

Le porte-parole du ministère a souligné que le travail bénéficiant d’un permet de surmonter les obstacles bureaucratiques et de financement qui ne correspondent pas aux attentes des entreprises qui elles, ont besoin de solutions intelligentes et de logiciels.

Selon lui, un cadre juridique a été mis en place pour permettre aux entrepreneurs d’obtenir un financement, d’établir, d’autoriser et d’identifier leurs projets avant même leur création.

Le ministre délégué a révélé qu’un ensemble de cadres juridiques était prêt à présenter l’entreprise émergente, l’incubateur d’entreprises, le système de divulgation et la forme juridique de l’entreprise.

Il ajoute qu’en plus des propositions pour la Loi de finances supplémentaires, la Loi de finances 2021est à l’étude au ministèrere des Finances.

Enfin, Yacine Oualid considère que l’entreprise émergente diffère de la micro-entreprise en tant qu’entreprise innovante et a la capacité de croître rapidement. Il confirme que seule l’Algérie soulève la question du renforcement de l’implantation des entreprises émergentes et du système environnemental au niveau d’un secteur ministériel.

 

Lylia Nedjar