Varenox : un biosimilaire fabriqué en Algérie par Frater Razes

Varenox : un biosimilaire fabriqué en Algérie par Frater Razes

L’industrie pharmaceutique en Algérie s’est profondément développée ces dernières années. Ce développement a concerné à la fois les innovations pharmaceutiques, notamment les transitions thérapeutiques ayant trait à l’autonomie stratégique de notre pays, ainsi que les installations industrielles de dernière génération. C’est un marché estimé à de 60M€

Les laboratoires Frater-Razes constituent aujourd’hui un partenaire pharmaceutique privilégié pour les autorités sanitaires, quel que soit l’angle d’approche adopté : thérapie, économie, emploi, positionnement stratégique de ses activités, indépendance sanitaire. Notre développement pharmaceutique demeure depuis la création de notre outil industriel il y a plus d’un quart de siècle, stratégique dans la mesure où il conditionne directement la capacité de développement économique de notre pays et constitue un pan très significatif de l’industrie pharmaceutique en Algérie.  Présent ce lundi matin à la mise en activité de la première nationale de production de bio similaires en Algérie, le PDG du laboratoire Frater Razes, Abdelhamid Cherfaoui, a indiqué que la capacité de production de cette nouvelle unité est de 15 à 18 millions de seringues/an, alors que le besoin est de 10 millions d’ampoules.

 «L’objectif est par la suite d’exporter vers les pays arabes, vers l’Afrique et pourquoi pas vers l’Europe. Cela est possible, car nous bénéficions de standards internationaux dans notre processus de production», a-t-il assuré.

De plus, il a fait observer que la main d’œuvre impliquée dans cette nouvelle unité est «100% nationale diplômée d’universités algériennes».

Pour sa part, le secrétaire général du laboratoire, Abderrahmane Boudiba, a estimé que «l’Algérie entre dans une nouvelle ère concernant la fabrication pharmaceutique, passant des médicaments chimiques aux médicaments issus de cellules vivantes».

Cela permettra, a-t-il expliqué, de fabriquer les médicaments localement sans avoir besoin de matière première. La matière première de ces bio similaires étant issue de la culture cellulaire.

« Grâce à ces médicaments nous aurons une autonomie dans le cadre de la sécurité sanitaire du pays. D’autant que lors de cette pandémie du Covid-19, les frontières ont été fermées en Inde et en Chine, deux pays exportateurs de matière première destinée a l’industrie pharmaceutique », a-t-il souligné.

 Nouvelles thérapeutiques innovantes

Les mutations actuelles opérées dans ce secteur, notamment par la création d’un ministère de l’industrie pharmaceutique, sont parties pour propulser la production nationale vers son orbite réelle et nourrir activement notre réflexion stratégique et notre contribution pour les échéances et défis sanitaires qui s’annoncent.  Ces derniers tiennent compte à la fois de l’évolution de l’innovation pharmaceutique avec l’avènement de la biotechnologie et de l’adaptation de l’outil industriel.

C’est à ce titre, que les laboratoires Frater Razes s’attèlent autour d’un objectif commun, le développement de nouveaux produits thérapeutiques innovants pour le traitement des pathologies humaines.

Le premier bio similaire fabriqué en Algérie

Cette thérapeutique innovante est entamée aujourd’hui par le premier bio similaire fabriqué en Algérie par les laboratoires Frater-Razes : le VARENOX (DCI : Enoxaparine) Il s’agit d’un médicament bio similaire qui, comme tout médicament biologique, est produit à partir d’une cellule, d’un organisme vivant. Ce médicament est un anticoagulant de la famille des héparines de bas poids moléculaire. Il empêche la formation ou l’extension des caillots dans les vaisseaux sanguins.

Il est utilisé à faible dose, dans le traitement préventif des accidents thromboemboliques et à forte dose, dans le traitement des thromboses veineuses (phlébite…) et, en association avec l’acide acetyl salicylique, dans le traitement initial du syndrome coronarien aigu et de l’infarctus du myocarde

Autonomie sanitaire stratégique

Avec ce premier médicament d’origine biologique, les laboratoires Frater-Razes ont su capitaliser et développer un atout majeur pour une autonomie sanitaire stratégique et un appareil productif de qualité, qui s’adapte à l’évolution des thérapeutiques.

Aujourd’hui, Frater- Razes s’inscrit dans la transition mondiale des thérapeutiques par le passage de l’ère chimique vers l’ère biologique. Avec les biosimilaires qui connaissent un essor considérable, nos laboratoires disposeront ainsi de leur propre autonomie fonctionnelle et d’une indépendance absolue en ce qui concerne l’approvisionnement en matières premières et une intégration industrielle totale de 100 %.