Une stèle dédiée au Président Soekarno à Alger : L’Algérie et l’Indonésie réaffirment leurs liens historiques

Le Directeur général de l’Asie-Océanie au ministère des Affaires étrangères, Boumediene Guenad, représentant le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a affirmé ce samedi 18 juillet, que l’inauguration de la stèle dédiée au défunt président indonésien Ahmed Soekarno à la commune de Ben Aknoun (Alger), était une «une nouvelle page dans les relations historiques radieuses et privilégiées liant les deux peuples frères».
Dans une allocution à l’occasion de l’inauguration de la stèle à la cité Mustapha Khalef à Ben Aknoun, en présence de l’ambassadrice de l’Indonésie à Alger, Mme Safira Machrusah, le même responsable,  a déclaré que cet évènement majeur ajoutera «une nouvelle page» aux relations historiques «radieuses et privilégiées» entre les deux peuples frères.
Elle «renforcera incontestablement les relations traditionnelles algéro-indonésiennes et donnera une dimension culturelle et humaine à la place de la personnalité dans les cœurs des Algériens et exprimera le degré de respect des Algériens à la personne et aux positions nobles du défunt président Ahmed Soekarno», a ajouté le même responsable.
Le représentant du ministre des Affaires étrangères a rappelé, dans ce cadre, la décision du défunt Soekarno de convier le Front de libération nationale (FLN), six mois après le déclenchement de la Glorieuse guerre de libération, à prendre part à la Conférence de Bandung en avril 1955, qui a regroupé les représentants des peuples d’Asie et d’Afrique, comme étant «une occasion pour reconnaitre le droit du peuple algérien à l’autodétermination et à l’indépendance».
L’ambassadrice d’Indonésie a rappelé que cette stèle a été conçue par l’architecte Mohamed Radouane Kamel et sculptée par l’artiste Dolorosa Sinaga spécialisée dans la sculpture moderne en Indonésie.
De son coté la présidente du Parlement indonésien, petite-fille du défunt président Ahmed Soekarno, a présenté une intervention en téléconférence à partir de la Capitale Jakarta, estimant que cette stèle constitue «un rappel aux algériens et aux indonésiens des relations historiques depuis la conférence de Bandung» et une motivation pour la consolidation des relations politiques, économiques et culturelles entre les deux pays.
M.M.H