Une police de l’eau pour lutter contre le gaspillage : « une option inévitable », selon le ministre du secteur  

Une police de l’eau pour lutter contre le gaspillage : « une option inévitable », selon le ministre du secteur  

Les pouvoirs publics ne comptent pas rester indifférents face  au gaspillage de l’eau en mettant en place une charte pour économiser cette denrée précieuse notamment en période de stress hydrique et de rareté de l’eau.

Selon le ministre des ressources en eau, Mustapha  Kamel  Mihoubi  qui intervenait en cette matinée du lundi 19 avril sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio nationale : « Cette charte sera présentée  au Conseil interministériel. », a-t-il indiqué  à l’effet  de  circonscrire l’effet du stress hydrique dû à une pluviométrie avare ces dernières années et lutter contre le gaspillage.

Usant de moyens pour réprimander tout gaspillage de cette denrée précieuse, le premier responsable du secteur a insisté sur cette option qui pour lui « est inévitable pour déterminer efficacement l’usage rationnel des différentes sources de l’eau par ces temps de déficit pluviométrique ».

Avant cela, et avant de passer à la phase active de cette option, « il faut effectuer d’abord une campagne de sensibilisation au niveau de plusieurs secteurs autour de cette charte, pour ensuite passer à la répression par le biais d’une police de l’eau ».

Se voulant plu précis, l’hôte de la chaîne a précisé que « cette police qui sera instaurée en temps opportun agira, selon le ministre, avec force de loi et plein pouvoir pour réprimander le gaspillage de l’eau d’où qu’il vient. « La loi sur l’eau est en voie de révision et sera soumise à différents secteurs pour enrichissement avec des actions concrètes », fait-il savoir.

Ferhat Zafane