Une instance scientifique et une grande société pour gérer la Grande Mosquée

Une instance scientifique et une grande société pour gérer la Grande Mosquée

La Grande mosquée dont l’inauguration officielle, est prévue le 1er prochain, sera gérée par une instance scientifique « de haut rang et une grande société ». « La création de cette instance » est une nécessité » assurait le président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui effectuait hier jeudi, une  visite d’inspection des structures de la mosquée.

Le Président de la République a instruit, en outre, le ministre des Affaires religieuse à l’effet de «faire appel aux grands instituts de par le monde, pour peu que le référent religieux national puisé de la modération et du juste milieu soit respecté, mais aussi aux contributions internationales du monde musulman, à l’exclusion de ce qui s’oppose à nos orientations».

Le Président Tebboune a également donné des orientations quant à la nécessité de coordonner avec le Premier ministre à l’effet d’établir un contrat avec une «grande» société pour les besoins de la maintenance et de l’entretien de toutes les structures, ajoutant  qu’ « entretenir la 3e plus grande mosquée au monde après celles des deux Lieux Saints requiert une société qui soit à la hauteur de la société qui gère l’un des deux lieux saints».

La mission de cette société qui devra être en mesure de prendre en charge 30 hectares, les structures comprises», portera sur «la sécurité, l’entretien et l’enseignement», tout en lui accordant la possibilité de «sous-traiter avec des start-ups» pour effectuer d’autres tâches, a-t-il expliqué.

Concernant la personnalité nationale qui présidera cet édifice religieux, le Président Tebboune a préconisé qu’elle soit une personnalité «jouissant de compétences religieuses et scientifiques», car, a-t-il ajouté, «il s’agit d’un grand complexe qui abrite une mosquée, un institut, une bibliothèque et un service d’exploitation et de rénovation des manuscrits et qui suscitera certainement un grand engouement».

Dans ce cadre le Président de la République a donné une instruction pour que cet édifice scientifique assure «une formation en post-graduation pour les universités algériennes et africaines et une formation de haut niveau pour les imams».