Un haut responsable militaire espagnol l’a déclaré : « Un Etat indépendant au Sahara Occidental sert nos intérêts »

Un haut responsable militaire espagnol l’a déclaré : « Un Etat indépendant au Sahara Occidental sert nos intérêts »

Dans un long article analytique sur les relations de l’Espagne avec le Maroc, le général espagnol Jess Argumosa a affirmé qu’il était dans l’intérêt géostratégique suprême de l’Espagne de permettre l’établissement d’un État indépendant et démocratique au Sahara occidental.

Par conséquent, poursuit l’expert de la Division des affaires générales et stratégiques du ministère espagnol de la Défense, « l’Espagne n’a d’autre choix que de prendre les mesures appropriées avec fermeté, crédibilité et force, pour assurer la stabilité stratégique de notre environnement géopolitique proche de nous, en étroite coopération avec les Nations Unies, l’Union européenne, l’Union africaine et d’autres acteurs.»

« Tout cela nécessite d’activer notre politique étrangère – qui pendant de nombreuses années a été négative inefficace à l’égard du Sahara occidental – avec un ensemble de mesures imprégnées d’une volonté politique forte et résolue pour arrêter ou neutraliser les hostilités menées par le Maroc et le forcer à se conformer au droit international », a ajouté Argumosa.

« Cela doit être fait le plus tôt possible », a déclaré le haut responsable militaire espagnol. Pour ce même haut responsable, son pays, qui a son mot à dire dans cette affaire pour avoir été, pendant longtemps la puissance occupante du Sahara Occidental, « devrait répondre fermement à la déclaration de Trump sur «la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en échange de l’établissement de relations du Maroc avec Israël».

Selon lui, en effet, la déclaration de Trump est une attaque contre la légitimité internationale » De même, l’expert de la défense estime que malgré la décision de Trump, « il y a un refus général dans l’Union européenne de reconnaître la souveraineté marocaine, en raison du soutien de l’Union européenne au référendum des Nations unies sur le Sahara occidental ».

En revanche , le général Argumosa, ancien conseiller du chef d’état-major général, a précisé que «le Maroc met en œuvre une stratégie active et agressive contre nos intérêts stratégiques, économiques et sécuritaires, à la lumière de la prétendue coopération dans la lutte contre l’extrémisme et l’immigration illégale – qu’il utilise comme source de diversion – dans le but clair d’atteindre les deux principaux objectifs stratégiques mentionnés plus haut ».

A.O