Un accord a été conclu entre les deux pays : Des Rafales français pour l’Egypte

Un accord a été conclu entre les deux pays : Des Rafales français pour l’Egypte

La France et l’Egypte, dont les relations « connaissent un  réchauffement  spectaculaire  depuis  l’arrivée  au  pouvoir  du  président  Abdel-Fattah  Al-Sissi  en  mai  2014 », estiment les observateurs, comptent passer à une autre étape. Celle de la vente de l’armement, notamment les avions de chasse.

En effet, les deux pays,  ont conclu un accord portant sur l’achat de trente avions de combat Rafale fabriqués par Dassault pour un montant de 3,75 milliards d’euros, rapporte  le site d’investigation Disclose, citant des documents confidentiels.

«Paris et Le Caire ont signé fin avril un méga-contrat portant sur l’achat de trente avions de chasse», écrit Disclose, dont l’information a été reprise par Reuters.

«Des discussions très avancées ont en effet lieu avec l’Egypte et des annonces pourraient intervenir très prochainement», a déclaré une source gouvernementale française en réponse à l’article, sans fournir plus de détails.

Selon Disclose, l’accord d’armement conclu entre Paris et Le Caire concerne également deux autres contrats représentant un marché à 200 millions d’euros au profit du missilier MBDA et de l’équipementier Safran Electronics & Defense, l’une des sociétés du groupe Safran.

«Une semaine après cette signature, la transaction est entrée dans sa phase finale. Dans les prochaines heures, une délégation d’officiels égyptiens doit atterrir à Paris avant d’être reçue à Bercy pour parapher, mardi 4 mai, l’accord financier lié au méga-contrat, le premier depuis la vente, en 2015, d’un lot de vingt-quatre Rafale», ajoute Disclose.

En décembre dernier, lors d’une visite à Paris du président égyptien Abdel Fattah al Sissi, Emmanuel Macron s’était refusé à conditionner aux droits de l’homme la coopération en matière de défense entre la France et l’Egypte, estimant qu’une telle politique affaiblirait Le Caire dans la lutte contre le terrorisme.

La France a été le principal fournisseur d’armements de l’Egypte entre 2013 et 2017. Par la suite, plusieurs contrats portant notamment sur l’achat de Rafale et de navires de guerre n’ont pas vu le jour, essentiellement pour des raisons financières d’après des sources diplomatiques.

Les deux grands contrats emblématiques de cette lune de miel militaire sont la vente en 2015 de 24 avions de chasse Rafale et de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

L’Égypte a passé commande de quatre frégates de type Gowind, dont deux sont fabriquées dans les arsenaux d’Alexandrie. Paris a également livré 200 véhicules blindés légers, fournis par Renault Trucks Defense.

Selon Disclose, l’Etat égyptien a obtenu un prêt garanti par la France à hauteur de 85% pour le «méga-contrat» conclu fin avril.

«Autrement dit, le Trésor public s’est porté caution auprès de plusieurs établissements bancaires français – le Crédit agricole, la Société générale, la BNP et le CIC – pour permettre au maréchal Sissi de conclure le transfert d’armement», rapporte le site et ONG d’investigation.

Dj. Am