Tunisie : des manifestants dénoncent « l’ingérence de la France dans les affaires intérieures » de leur pays

Tunisie : des manifestants dénoncent « l’ingérence de la France dans les affaires intérieures » de leur pays

L’ingérence de la France dans les affaires internes de leur pays n’est  pas du goût des Tunisiens et ils le disent clairement.

En effet,  des membres de la «campagne tunisienne pour le boycott et la lutte contre la normalisation avec l’entité sioniste» ont manifesté samedi à proximité de l’ambassade de France à Tunis pour protester contre «l’ingérence de la France dans les affaires intérieures de la Tunisie», rapporte dimanche l’agence de presse TAP.

Une forte présence policière était déployée à proximité de l’ambassade et sur l’ensemble de l’Avenue Habib Bourguiba, principale artère de la capitale, tunisienne.

A l’occasion de ce rassemblement, le coordinateur de la campagne, Ghassen Ben Khelifa, a dénoncé, toujours selon l’agence officielle tunisienne,  «le soutien continu» de la France aux «répressions» menées en Tunisie «depuis le régime de Ben Ali» et aux actions de violence exercées contre «les jeunes militants» lors des récents mouvements de protestation.

Ghassen Ben Khelifa a, dans ce contexte, réclamé la remise en liberté des manifestants arrêtés lors de ces mouvements de contestation, fustigeant en outre, «la politique coloniale» de la France et le «capitalisme impérialiste qui opprime les catégories populaires».

Il a également appelé le président français Emmanuel Macron à la «libération immédiate et sans conditions», du Libanais Georges Ibrahim Abdallah, incarcéré en France depuis trente ans pour ses positions «contre le sionisme».

Les manifestants ont également appelé à la remise en liberté du dirigeant palestinien Ahmed Saadet, détenu par les autorités d’occupation  israéliennes.

De son côté, le militant de gauche, Hassan Ben Yahia a critiqué «l’ingérence du ministère français des Affaires étrangères dans les affaires intérieures de la Tunisie», l’appelant à «cesser toute ingérence» dans les affaires intérieures du pays.

Les manifestants ont brandi des slogans hostiles à «la normalisation avec l’entité sioniste» et à «la politique coloniale» de la France, a ajouté la TAP.

Dj. Am