Trump aurait envisagé de déclarer la loi martiale pour renverser les résultats de l’élection, selon la presse

Trump aurait envisagé de déclarer la loi martiale pour renverser les résultats de l’élection, selon la presse

Donald Trump n’admet jamais ses défaites. Le président américain sortant, s’entête toujours dans son refus de reconnaître le fait d’avoir été battu par son rival Joe Biden, dans la course présidentielle à la Maison Blanche.

Il aurait même « envisagé » la loi martiale pour renverser les résultats de l’élection, selon la presse américaine.

L’idée aurait été évoquée lors d’une réunion à la Maison Blanche, en fin de semaine dernière, rapporte le New York Times.

Le quotidien explique, selon RFI, que Donald Trump s’entretenait avec ses conseillers, ses avocats ainsi que son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn.

« C’est ce dernier qui aurait suggéré le recours à la loi martiale, déclenchant de vifs échanges avec les conseillers de Donald Trump », précise-t-on de même source.

Flynn, dont la condamnation pour avoir menti au FBI lors de l’enquête sur la Russie a récemment été effacée lorsqu’il a été gracié par Trump, a présenté son dernier argument pour avoir invoqué la loi martiale pour empêcher le président élu Joe Biden de prendre ses fonctions.

«Il n’y a aucun moyen au monde que nous puissions avancer en tant que nation. Trump pourrait immédiatement, sur son ordre, saisir chacune de ces machines à voter », a déclaré Flynn en référence apparente à la théorie du complot selon laquelle le logiciel de vote inversait les votes de Trump pour Biden.

Il a ajouté : «Au sein des États oscillants, s’il le voulait, il pourrait prendre des capacités militaires, et il pourrait les placer dans des États et, fondamentalement, relancer une élection dans chacun de ces États ».

Selon le New York Times, Mark Meadows, le chef de cabinet de la Maison Blanche ainsi que Rudy Giuliani, le propre avocat de Donald Trump, se seraient vivement opposés à cette idée.

Ils  se seraient également opposés à la volonté du président de confier à Sidney Powell une enquête sur les allégations de fraude électorale. L’avocate, qui fait partie de l’équipe légale de Donald Trump, s’était notamment illustrée en suggérant que Hugo Chavez était derrière la défaite du président républicain; alors que le dirigeant vénézuélien est décédé en 2013.

Apparemment, les deux camps auraient même échangé des insultes. Sidney Powell et Michael Flynn auraient accusé les conseillers du président de l’abandonner et de ne pas le soutenir dans sa quête pour renverser les résultats.

Des informations démenties sur Twitter par Donald Trump qui a une nouvelle fois accusé la presse américaine de rapporter de fausses informations.

La loi martiale est l’instauration dans un pays d’un état judiciaire d’exception, au sein duquel l’armée assure le maintien de l’ordre à la place de la police ou en collaboration avec celle-ci. C’est le chef d’État qui « invoque » la loi martiale, ce qui signifie que le général de l’armée prend le pouvoir pendant un temps délimité.

La loi martiale est proclamée lors d’une crise profonde au sein d’un État, dans le cas d’un coup d’État ou d’une guerre civile. C’est le gouvernement qui est amené à instaurer la loi martiale, c’est l’armée qui l’exécute.

Le terme « martial » dérive du nom de Mars, dieu de la guerre dans la mythologie romaine.

M.M.H