Terroristes français en Syrie : Il en reste 160 « combattants »

Terroristes français en Syrie : Il en reste 160 « combattants »

Les jeunes Français, issus de tous les milieux sociaux sont de plus en plus attirés par « un paradis » promis. C’est principalement sur internet que se joue le recrutement des pseudo-djihadistes.

En juin 2018, les services de renseignements français estimaient le nombre de résidents français à s’être rendus en Syrie ou en Irak à 730 adultes des deux sexes, sans compter les enfants. De 300 à 500 seraient morts.  Actuellement, leur nombre des « combattants » français,  évoluant pour la plupart dans le nord-ouest de la Syrie, serait de 160 terroristes  selon le coordonnateur français du renseignement, Laurent Nuez.cité par le Figaro.

Le coordinateur du renseignement estime qu’ils sont répartis entre plusieurs groupes terroristes dont l’organisation autoproclamée Etat islamique (EI/Daech) et le groupe HTS (Hayat Tahrir al-Cham, organisation de libération du Levant).

Questionné sur l’éventualité d’un retour en France des femmes et des enfants de terroristes détenus dans des camps à l’étranger, M. Nuez réaffirme qu’il n’y a «pas de changement de doctrine». «Ces gens, qui sont partis volontairement pour combattre la France, doivent être jugés là où ils ont commis leurs méfaits».

Il fait valoir que «35 orphelins ou mineurs isolés ont été rapatriés depuis les camps de Rojava jusqu’à présent».Au total, rappelle M. Nuٌez, une «soixantaine de combattants sont détenus par les Kurdes en Syrie pour des faits qu’ils ont commis».

«Des revenants, ajoute-t-il, sont aussi rentrés en France via la Turquie avec leurs enfants après y avoir été interpellés.

Dj. Am