SONELGAZ/Zones d’ombre : plan d’urgence pour 1000 localités en phase une

SONELGAZ/Zones d’ombre : plan d’urgence pour 1000 localités en phase une

« Dès réception des orientations des orientations de M. le président de la république lors de la première rencontre avec le gouvernement, lorsqu’il a donné des ordres pour le raccordement des zones d’ombre, Sonelgaz a pris les choses en mains et, aussitôt, un plan d’urgence a été élaboré », déclare d’emblée M. Chahar Boulakhras, le PDG de Sonelgaz au cours de l’entretien qu’il a accordé à La Patrie News.

Supervisé directement par le premier responsable du groupe qui a créé une Task Force nécessaire à travers la filiale Distribution qui est le maillon de la chaine le plus impliqué, le plan d’action a débuté par un recensement précis des zones à raccorde, en collaboration avec les démembrements décentralisés de Sonelgaz, le ministère de l’intérieur, les wilayas et les APC.

« Le recensement se poursuit jusqu’à actuellement car mis à jour régulièrement. Après avoir commencé à 10000 localités, le recensement est arrivé à 3500 pour le gaz et près du même nombre pour l’électricité, ceci avant d’arrêter les priorités pour entamer la réalisation d’une manière organisée et structurée », a tenu à préciser notre interlocuteur.


LIRE AUSSI :

Energies nouvelles et renouvelables : SONELGAZ à l’avant-garde


La première phase de ce plan d’urgence, qui en compte trois, a ciblé 1000 localités pour l’électricité et 800 pour le gaz, soit un total de 1800 localités, ce qui était très ambitieux, d’autant plus que ces localités étaient disséminées à travers l’ensemble du territoire national, sur les 48 wilayas.

« Les travaux ont été entamés très rapidement et la réalisation connait une cadence assez bonne, nous sommes à 45% pour le gaz et à près de 50% pour l’électricité, mis en service, je précise bien, le reste est soit en voie d’achèvement, en cours de réalisation ou en phase d’essais.

Je pense que le premier challenge a été atteint et que nous avons accompagné d’une manière effective les orientations du président de la république et des autorités publiques, du moins pour le segment énergie, qui constitue quand même l’un des vecteurs les plus valorisants pour l’amélioration du cadre de vie des citoyens dans ces zones déshéritées », déclare le PDG de Sonelgaz.


LIRE AUSSI : 

Chaher Boulakhras, PDG de SONELGAZ, à La Patrie News : « Nous avons accompli un travail titanesque durant la pandémie »


Quant à la deuxième phase du plan d’urgence pour les zones d’ombre, la préparation bat son plein : « nous avons terminé le recensement, les études de faisabilité sont en cours de lancement et les études détaillées viendront par la suite en notant que Sonelgaz a procédé au préfinancement de ces opérations », signale M. Boulakhras.

En outre, ce qui rajoute un plus à ces actions d’accompagnement des orientations du président de la république pour offrir un meilleur cadre de vie aux citoyens des zones déshéritées, c’est qu’elles ont été réalisées durant la période de covid19, avec toutes les difficultés et les restrictions qui en ont découlées.

Un taux d’intégration total

Après avoir relevé que ces réalisations faites en plein confinement à cause de la pandémie de covid19 au cours de laquelle toutes les frontières étaient fermées et qu’il ne pouvait y avoir d’importation, c’est non sans fierté que le PDG de Sonelgaz affirma que le groupe qu’il dirige a atteint un taux d’intégration de près de 100% et que la quasi-totalité des pièces, des tuyauteries, des tableaux électriques sont fabriqués en Algérie.


LIRE AUSSI : 

Afin de hiérarchiser ses actions, et mieux répondre aux attentes de ses clients : SONELGAZ va lancer une grande opération de sondage d’opinion


« Il ne faut pas oublier que nous avons fait un grand pas en termes d’intégration nationale, le maillon ‘distribution est intégré presqu’à 100%.

C’est grâce justement à l’industrie, à l’engineering, à la réalisation par moyens propres en Algérie, public et privé, que nous avons pu maintenir la disponibilité des hommes et des femmes, le procurment dans tous les matériaux et les équipements, les tuyaux pour le gaz, les transformateurs, les poteaux, tout est fabriqué en Algérie, et toute la chaine de valeur est intégrée », a encore expliqué notre interlocuteur.

Tahar Mansour