Sommet de l’OIT : Labatcha plaide pour le soutien des pays en développement

 

Sommet de l’OIT : Labatcha plaide pour le soutien des pays en développement

Le secrétaire général de l’Union général des travailleurs algériens, (UGTA) Salim Labatcha, a une allocution prononcée hier mercredi 08 juillet, par visioconférence au Sommet mondial de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la Covid-19 et le monde du travail, a appelé au « soutien des pays en développement dans les ressources financières sont limitées dans leur lutte contre la pandémie ».

« Pour mettre à jour le contrat social, il est nécessaire que nous tenions compte des besoins de tous, aujourd’hui, plus que jamais », a en effet affirmé le SG de l’UGTA dans son intervention.

Dans ce sens, il importe, aux dires de Salim Labatcha,  de restaurer et de renforcer le dialogue social. « Le  renforcement de l’IOT, et de son rôle sont aussi des préalables autant la coopération internationale dans tous les domaines. Il est aussi nécessaire que la stratégie qui sera mise en place, en vue de limiter les incidences négatives prennent en considération les limites financières des pays en développement », a-t-il insisté.  Rappelant que le sommet   de l’OIT se tient cette année « dans un contexte d’une extrême gravité autant pour la santé publique que pour l’économie mondiale »,  Salim Labatcha,  n’a pas omis de souligner que ce sont les travailleurs « qui font face actuellement aux effets néfastes de la récession économique ». Pour le cas de l’Algérie, le SG de l’UGTA a rappelé que les pouvoirs publics avaient dés « départ » pris une série de mesures en faveur notamment des tarvailleurs.  Il s’agit notamment de l’octroi, par les employeurs, de congés exceptionnels payés pour pas moins de 50% des effectifs en donnant la priorité aux femmes enceintes et celles élevant des enfants en bas âge ainsi qu’aux personnes souffrant de maladies chroniques ou de santé précaire.

Aussi et dans le but de s’adapter à cette crise sanitaire et ses retombées sur le plan socioéconomique, le Gouvernement a mis en place un mécanisme de suivi et d’évaluation de l’évolution de la situation des entreprises impactées par la pandémie du coronavirus, un mécanisme chargé de déterminer les mesures appropriées pour l’accompagnement des partenaires sociaux.

Á ce propos, une batterie de mesures susceptibles d’accompagner les établissements impactés a été prise, à l’instar de la prorogation des délais des déclarations fiscales et parafiscales, mais également, des délais de versement des cotisations et de remboursement des crédits bancaires, ou encore la suspension des sanctions et des pénalités de retard.

M.M.H