Sofiane Achi, directeur général d’El KENDI Algérie : « Le travail et la persévérance finissent toujours par payer »

Sofiane Achi, directeur général d’El KENDI Algérie : « Le travail et la persévérance finissent toujours par payer »

Docteur en médecine, Sofiane Achi est bien placé pour comprendre les besoins thérapeutiques des patients atteints de diverses pathologies ainsi que des professionnels de la santé.

Déjà, à la fin de sa graduation en 1998, l’actuel directeur général du Laboratoire El KENDI était attiré par l’industrie pharmaceutique : « Déjà, quand j’étais à la faculté de médecine, l’aspet thérapeutique m’intéressait beaucoup, en particulier le développement et la production d’un médicament, l’humanité ayant connu un bond gigantesque durant le dernier siècle en termes d’innovation thérapeutique, nos ancêtres mouraient de maladies que nous traitons aisément de nos jours», se rappelle-t-il.

La législation de l’époque (il fallait être titulaire d’un diplôme de médecin, dentiste, pharmacien, vétérinaire ou de biologie pour occuper un poste de représentant médical d’une société pharmaceutique) et son attirance pour cette branche aidant, Sofiane Achi se retrouva représentant médical d’une multinationale pharmaceutique, Pharmacia & Upjohn, en 2001.

Sofiane Achi, malgré les diverses occasions pour exercer en qualité de médecin qu’il a eues durant sa carrière, a préféré rester dans le secteur pharmaceutique qu’il a tant aimé et au sein duquel il a gravi les échelons acquérant une maitrise de la gestion, ce secteur hautement stratégique qui nécessite de grandes qualités humaines, managériales, scientifiques, relationnelles, etc.

De prime abord, l’interlocuteur du Dr Sofiane Achi sent qu’il a devant lui une force tranquille, souriant mais rigoureux, accueillant chaleureusement ses invités mais précis dans ses dires et ses actes. Ses collaborateurs reconnaissent en lui les qualités d’un travailleur qui ne baisse pas les bras et qui a le sens de l’écoute.

Dr Achi est peut-être plus exigeant pour lui-même que pour les autres, puisqu’il essaie toujours de rechercher le côté positif chez ses collaborateurs, ne voulant en aucun cas les léser : « Il n’est pas toujours aisé d’évaluer la performance d’un collaborateur, vous n’êtes jamais certain si les résultats reflètent bien sa contribution et ses efforts. Je pense humblement qu’il ne faut pas se précipiter avant de prendre des décisions qui peuvent affecter la vie des personnes, nous ne pouvons pas jouer avec ça », déclare-t-il.

Le mot de la fin pour Sofiane Achi pour décrire son parcours : « Il n’y a pas de recette miracle, le travail et la persévérance finissent toujours par payer. J’aime cette citation de Thomas Edison : «Le génie est fait de 1% d’inspiration et de 99% de transpiration »

T.M