Signature d’un accord de coopération entre le MESRS et le ministère délégué chargé de l’Economie de la connaissance

Signature d’un accord de coopération entre le MESRS et le ministère délégué chargé de l’Economie de la connaissance

Afin d’accompagner les projets innovants des jeunes notamment les diplômés des universités, un accord de coopération a été signé ce mercredi,  à Alger entre le  ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) et le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Startups.

Abdelbaki Benziane, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche  scientifique a souligné que cet accord se voulait «un cadre de référence pour l’ensemble des actions à entreprendre par les deux parties à travers la mise en place d’un accord de partenariat pour l’accompagnement des projets des incubateurs universitaires dans la création des start-up», indiquant que ce projet figurait parmi les priorités du programme d’action du gouvernement.

Il a,  en outre réaffirmé que la promotion de la recherche, le développement et l’investissement dans l’innovation «requiert l’action commune  en vue de l’exploitation optimale des ressources et du meilleur recrutement des compétences universitaires au mieux du développement national».

De son côté, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Startups,

Yacine El Mahdi Oualid a estimé que l’Algérie «fait face aujourd’hui à des défis majeurs, dont principalement le passage à un nouvel modèle économique, plus durable et fondé davantage sur les nouvelles compétences capables de l’innovation et de l’investissement selon les exigences de la circonstance actuelle».

«Cet objectif ne peut se réaliser sans l’appui des Startups qui constitue, de nos jours l’un des supports du nouveau modèle économique»; a t-il soutenu estimant que l’Algérie «est en mesure de relever le défi  à la faveur de la ressource humaine qualifiée qu’elle recèle», ajoutant que l’université algérienne «est la source réelle des solutions intelligentes».

Radia Mehdi