Sahel : Plus de 2,7 millions de personnes déplacées ont besoin d’aide

Sahel : Plus de 2,7 millions de personnes déplacées ont besoin d’aide
Le Sahel traverse l’une des plus graves crises de déplacements au monde, qui reste pourtant largement méconnue, a alerté jeudi le haut commissariat aux réfugiés (HCR), estimant à plus de 2,7 millions de personnes déplacées qui ont besoin d’aides.
« Des violences extrêmes et aveugles, perpétrées contre les civils par des groupes armés, ont forcé plus de 2,7 millions de personnes à fuir dans l’ensemble de la région » a déploré l’agence onusienne, précisant que depuis le début de l’année en cours, « plus de 650 000 personnes ont été forcées de quitter leur foyer ».
Le conflit armé, l’extrême pauvreté, l’insécurité alimentaire, le changement climatique et la pandémie de Covid-19 sont autant de facteurs qui se conjuguent au Sahel, a expliqué l’agence des nations unies.
Pour le HCR, ce sont surtout, les pays du Sahel central, à savoir le Burkina Faso, le Mali et le Niger, qui connaissent les déplacements les plus importants.
Ces déplacés forcés ont besoin d’assistance élémentaire, fait savoir le HCR, qui attend que les promesses des pays donateurs formulées mardi dernier, lors d’une réunion d’urgence dédiée à cette région, tenue à l’initiative de l’Onu et de l’Union européenne, soient concrétisées dans l’immédiat.
 En effet, selon l’ONU, les pays donateurs ont promis à cette occasion, plus de 1,7 milliard de dollars pour accroître l’aide humanitaire au Sahel central et éviter que la région ne plonge dans l’une des plus grandes crises humanitaires au monde.
« Une fois débloqués, les fonds permettront d’aider quelque 10 millions de personnes pour le reste de l’année 2020 et jusqu’en 2021 en matière de nutrition et d’alimentation, de services de santé, d’eau et d’assainissement, de logement, d’éducation, et de protection et de soutien aux victimes de violences basées sur le genre », selon un communiqué commun des pays donateurs, à l’issue de cette rencontre.
Ab. M.