Sahara Occidental/ Agression marocaine: L’ANR condamne fermement

Sahara Occidental/ Agression marocaine: L’ANR condamne fermement

L’Alliance nationale républicaine (ANR) a condamné «vigoureusement» samedi la «dangereuse» agression militaire marocaine contre les civils sahraouis dans la région d’El-Guerguerat, rappelant sa position de principe en soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Dans un communiqué, l’ANR a dit avoir appris avec «une grande inquiétude, les derniers développements survenus suite à la dangereuse agression militaire contre des civils sahraouis qui manifestent pacifiquement dans la zone du mur de séparation (illégal) à El-Guerguerat».

«L’ANR condamne vigoureusement ces violations et rappelle sa position de principe en soutien inconditionnel au droit du peuple sahraoui frère à l’autodétermination, dans le cadre des chartes et décisions des Nations Unies», a ajouté la même formation politique, rappelant que les résolutions onusiennes ont affirmé de la plus évidente des manières que ce dossier est une question de décolonisation.

Pour l’ANR, les actions du Maroc «constituent une agression flagrante et évidente de l’accord de cessez-le-feu, conclu entre les deux parties au conflit depuis 1991, ce qui est susceptible de mettre en cause ce qui reste comme chances pour la paix et efforts onusiens de règlement dans le cadre des principes d’autodétermination».

«Des efforts qui peinent, depuis des décennies, à aboutir, du fait de l’intransigeance du régime marocain et de ses tentatives désespérées visant à imposer un nouveau fait accompli, à se dérober des ses responsabilités et ses engagements juridiques et à détourner les regards, à travers la promotion de victoires diplomatiques fictives, comme celle de l’ouverture de consulats de certains pays dans les territoires sahraouis».

«Des efforts sapés également par le désengagement de la Communauté internationale et de certains Etats dans le Conseil de sécurité,   vis-à-vis du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination conformément aux décisions et chartes onusiennes y afférentes», déplore la même formation politique. Soulignant la nécessité, pour la Communauté internationale, d’assumer son entière responsabilité pour garantir toutes les conditions permettant à la Minurso de mener à bien sa mission, l’ANR a appelé à hâter la désignation d’un nouvel émissaire onusien pour le Sahara Occidental.

Il convient aussi, selon la même formation politique, de doter la Minurso des prérogatives de contrôle des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés, et d’empêcher l’exploitation des ressources naturelles du peuple sahraoui.

L’ANR a, en outre, exprimé «ses inquiétudes quant aux graves répercussions de ces violations et de la poursuite du blocage que connaît la Minurso, sur la paix et la sécurité de notre région en particulier et dans le bassin méditerranéen en général». A ce propos, le parti a mis en garde contre «les conséquences de cette situation instable, propice à une recrudescence des activités des groupes terroristes et du crime organisé».

Cette situation, poursuit l’ANR, interpelle les deux parties au conflit à l’effet de faire preuve de sens élevé de sagesse et de retenue, de faire prévaloir la raison et de renouer rapidement avec un véritable processus de négociations, en vue d’un règlement politique et pacifique, conformément aux chartes et décisions de la légalité onusienne.

A.O