Sabri Boukadoum : « Mohamed Seddik Benyahia, une icône de la diplomatie algérienne »

Sabri Boukadoum : « Mohamed Seddik Benyahia, une icône de la diplomatie algérienne »

A l’occasion de la commémoration du 39ème anniversaire du décès de feu Mohamed Seddik Benyahia, mort dans le crash de son avion le 3 mai 1982, le président de la république, Abdelmadjid Tebboune a décidé de baptiser le siège du ministère des affaires étrangères de son nom.

Mohamed Seddik Benyahia, comme l’a rappelé l’actuel ministre algérien des affaires étrangères, Sabri Boukadoum, devant les membres du sénat, les conseillers de la présidence et les chefs des représentations diplomatiques en Algérie est mort en compagnie d’un groupe de fonctionnaires du MAE algérien, d’un journaliste et des membres de l’équipage de l’avion, abattu par un tir de missile d’un avion irakien.

Mohamed Seddik Benyahia était en mission de bons offices et de paix entre l’Iran et l’Irak, alors en guerre.

Avant d’annoncer la nouvelle devant les personnalités invitées à cette occasion, Boukadoum a tenu à rappeler le parcours de Mohamed Seddik Benyahia, une icône de la diplomatie algérienne qui a sacrifié sa vie entière à sa Patrie, alors qu’il était étudiant durant la guerre de libération nationale et qu’il rejoint la lutte armée.

Connu pour la vivacité de son esprit, il participa à plusieurs pourparlers, et a fait partie de la délégation ayant négocié avec le gouvernement français pour aboutir à la signature des accords d’Evian, et, avant, il a été parmi la délégation qui a participé aux pourparlers de Melun en 1960.

Mohamed Seddik Benyahia a été Secrétaire Général du GPRA et présida la réunion du CNRA en 1962 à Tripoli (Libye).

Après l’indépendance, il a été ministre de l’Information, puis de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, des Finances et, enfin Ministre des Affaires étrangères où il représenta dignement l’Algérie dans de nombreux pays et à travers de nombreuses interventions. D’ailleurs c’est la période durant laquelle il était ministre des affaires étrangères et qu’il mourut de façon tragique que Boukadoum a choisi pour rappeler quelques-uns des hauts fait de ce fils de l’Algérie qu’il qualifie de Grand homme de l’Algérie.

« Parmi les périodes de la vie du défunt chahid Benyahia, celle qui s’étend du 8 mars 1979 au 3 mai 1982 a été la plus prolixe en hauts faits de bravoure puisqu’ayant été l’artisan de la libération des otages américains détenus en Iran, sans qu’aucune goutte de sang ne soit versée.

Il a aussi participé de manière efficiente à mettre fin à la guerre qui faisait rage entre l’Irak et l’Iran, et c’est là, justement, qu’il a été victime d’une traitrise qui a mis fin à sa vie », a rappelé le ministre des affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Il annonce aussi la décision du président Tebboune de baptiser le siège du ministère des affaires étrangères de celui qui a été l’artisan de toutes ces victoires diplomatiques de l’Algérie indépendante, et même sous domination coloniale pour obtenir son indépendance.

A la fin de son intervention, Boukadoum a tenu à exhorter les diplomates algériens ‘particulièrement les jeunes’ à redoubler d’efforts pour relever les défis majeurs et vaincre toutes les difficultés que rencontre l’Algérie, surtout en ces temps de pandémie et de dangers multiples : « je vous demande de prendre notre martyr Mohamed Seddik Benyahia comme exemple et de le suivre dans son nationalisme pour hisser notre pays au diapason des Etats développée, en le représentant dignement dans tous les forums internationaux », a-t-il ajouté.

Tahar Mansour