Répression féroce au Maroc : Omar Radi de nouveau interpellé

Répression féroce au Maroc : Omar Radi de nouveau interpellé

La répression au Maroc, notamment à l’encontre des journalistes et des faiseurs d’opinion, n’a jamais constitué un cas isolé et  encore moins un scoop pour les médias.

Dans une dépêche de l’AFP, datée de lundi, il est indiqué que le journaliste marocain et militant des droits humains Omar Radi,, a été interpellé dimanche soir pour «ivresse publique et violences» puis placé en garde à vue à Casablanca, rapporte l’AFP.

Pour rappel, la justice marocaine avait annoncé le 24 juin dernier  avoir ouvert une enquête sur ce journaliste qu’elle suspecte de bénéficier de «financements de l’étranger» en lien avec des «services de renseignement».

«Je n’ai jamais été et ne serai jamais au service d’un pouvoir étranger (…) je ne suis ni un espion ni un agent payé par un fonds étranger», a réagi le journaliste dans un communiqué publié samedi sur son compte Facebook.

Il faut savoir que  l’enquête le visant a été ouverte après la publication d’un rapport d’Amnesty International selon lequel son téléphone était espionné via un logiciel de piratage utilisé par les autorités marocaines.  Décidément, au royaume de sa majesté, le Roi Mohamed VI, les journalistes et autres faiseurs d’opinion n’ont pas les coudées franches et les exemples sont légion.

Yanis Younsi