Répercussions de la Covid-19 sur la trésorerie de la CNAS : les assurances du DG

 

Répercussions de la Covid-19 sur la trésorerie de la CNAS

Les assurances du DG

La pandémie de la Covid-19 a un impact généralisé sur les entreprises publiques et privées. Être confinés en raison de cette crise sanitaire a provoqué un arrêt brutal de l’activité économique qui a eu des répercussions négatives sur le marché du travail, voire la baisse de l’activité commerciale et la hausse de l’aversion au risque des investisseurs

Cet état de fait a poussé la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) à adopter de nouvelles procédures, en faveur des entreprises y compris les opérateurs économiques et ce, en vue de mesurer l’impact de la crise de Covid-19 sur leurs entreprises, évaluer leur capacité de régler leurs dus relatifs à la déclaration des salariés, et même établir un échéancier de paiement adéquat, permettant à l’employeur d’être à jour et à l’employé de maintenir ses droits en matière de sécurité sociale via une opération du sondage lancée sur le site suivant :www.cnas.dz .

Toutefois, la question qui taraude les esprits est de savoir quelles sont les retombées de cette pandémie sur la trésorerie de la Cnas ? Une question que nous avons posée au Directeur général de la Cnas, Abderrahmane Lahfaya.

Ainsi dans une déclaration exclusive au journal électronique La Patrie News, M. Lahfaya s’est voulu très rassurant. « Je peux vous rassurer, aujourd’hui, que la trésorerie de la CNAS se porte bien, nous n’enregistrons pas de difficulté encore, Dieu merci on touche du bois, mais j’espère que cette pandémie ne durera pas plus longtemps. Il faut savoir également que la CNAS n’assure pas uniquement le recouvrement, il y a également la répartition. La CNAS assure quelque chose comme 221 milliards de dinars rien que pour le médicament » a tenu à assurer le DG.

10 milliards de dinars pour la nouvelle convention de l’accouchement

Pour étayer ses propos, notre interlocuteur rappelle que la Cnas a réservé également un montant de 10 milliards de dinars pour assurer la nouvelle convention de l’accouchement.

« Notamment le forfait hôpital, les cliniques conventionnées en matière de cardiologie, le transport sanitaire, la dialyse…, et ce sont des prestations que la CNAS assure.  En outre il faut savoir que la CNAS, a des rentiers.

Ce sont les invalides des accidents du travail, des rentiers à part entière payés par la CNAS et l’expertise médicale se fait chaque trois mois. La CNAS, et afin de préserver la santé de ses usagers, a gelé la convocation de ses invalides pour effectuer l’expertise médicale.

L’expertise a été prolongée du mois de mars au mois d’août. Ce sont là, des mesures pour éviter le risque de contamination à nos usagers ainsi qu’à nos employés » explique M. Lahfaya. Enfin, le DG rappelle que, la CNAS est toujours là pour accompagner encore ses usagers quelles que soient les conséquences.

«  Et je pense que nous nous inscrivons comme toute entreprise qui se respecte en droite ligne avec les instructions du président de la République. C’est une période exceptionnelle, qui nécessite une gestion exceptionnelle et particulière. Nous sommes tous partie prenante  et nous contribuons tous pour la soutenabilité du système, quel qu’il soit, et la pérennité du système de recouvrement pour asseoir cette politique, pour une Algérie meilleure. », conclut-il.

Yahia Maouchi