Réouverture de l’espace aérien : une décision « souveraine»

Réouverture de l’espace aérien : une décision « souveraine»
Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, s’est encore une fois, exprimé quant à la question de la réouverture (ou non) de l’espace aérien, « une décision souveraine tributaire de l’évolution de la situation épidémiologique de la Covid-19, tant à  l’intérieur qu’à l’extérieur du pays».
Dans une déclaration à la presse ce samedi 03 octobre, en marge de la Conférence nationale des start-ups dont l’ouverture a été présidée par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le ministre de la Santé a, en effet,  précisé que la situation épidémiologique du nouveau coronavirus « est stable» en Algérie, grâce aux «efforts des pouvoirs publics ».
« Nous souhaitons que la situation s’améliore à l’avenir », a déclaré le ministre qui a souligné que « la réouverture de l’espace aérien est une décision souveraine tributaire de la situation épidémiologique tant à  l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».
Le nombre des contaminations « demeure élevé dans plusieurs pays, notamment les pays européens voisins », a-t-il précisé, insistant sur « le respect des mesures préventives » et « la poursuite des campagnes de sensibilisation et de prévention ».
Quid de l’acquisition du vaccin anti-Covid ?  
Á une question sur les démarches entreprises par l’Algérie pour l’acquisition du vaccin anti-Covid-19, le premier responsable du secteur a indiqué que l’Algérie « n’importera pas le vaccin anti Covid-19 avant qu’il ne soit administré dans le pays producteur et avant de s’assurer qu’il n’a pas d’effets secondaires », rappelant que l’OMS a affirmé que le vaccin anti-Covid-19 ne sera pas disponible avant 2021».
Le ministre a dans le même contexte, réaffirmé  que l’Algérie établit, par la voie de l’Institut Pasteur, « des contacts avec plusieurs pays, à l’instar de la Chine, la Russie et la
Grande Bretagne concernant ce vaccin », de même qu’elle (l’Algérie) est au fait des prix, suit l’évolution de la fabrication du vaccin et attend sa production ».
« Il a été convenu avec plusieurs pays de l’achat collectif du vaccin anti Covid-19 pour bénéficier de « prix qui soient raisonnables et de garanties collectives », a indiqué Abderrahmane Benbouzid.
Concernant le vaccin antigrippal, le ministre a fait savoir que la campagne annuelle débutera le 15 octobre courant, précisant que toutes les conditions ont été réunies et que le vaccin est disponible.