Relance du Barrage Vert : Le plan d’action, « en cours de finalisation »

Relance du Barrage Vert : Le plan d’action, « en cours de finalisation »

Un demi-siècle après sa réalisation, le barrage vert a subi d’importantes dégradations, causées essentiellement par l’abattage des arbres et les pressions climatiques. Sa relance gelée en 1988, semble ainsi inévitable.

Elle se précise même, d’autant que le d’action portant sur le projet de relance et de réhabilitation du barrage vert, « est en cours de finalisation ».

Intervenant ce jeudi, lors d’une journée d’étude organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG), sur le thème du barrage vert, Saliha Fartas, directrice à la Directrice générale des forêts (DGF),   a précisé que le plan d’action portant sur la relance de ce projet  est actuellement en voie d’être finalisé.

Ce plan d’action multisectoriel vise à étendre la superficie végétale de 3,7 millions d’hectares actuellement  à 4,7 millions à l’horizon 2035.

« Ce projet intégré avait été confié à un organe national de coordination, regroupant plusieurs secteurs ministériels et qui a été chargé d’élaborer l’ensemble des études et démarches requises pour la relance du barrage vert, et ce suite aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune », a souligné la même responsable.

«Actuellement, nous sommes en phase de formulation et de révision de notre feuille de route pour la mise en œuvre de ce projet intégré qui comprend une nouvelle vision de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations qui vivent au niveau des zones situées dans cette bande verte», a fait savoir également la responsable de la DGF.

Affirmant que le projet de relance a pris en considération le volet du génie rural, Mme Fartas a expliqué que les pouvoirs publics ont décidé cette fois-ci d’intégrer la prise en charge de plusieurs aspects dans l’extension du patrimoine forestier, notamment la création d’espaces récréatifs, d’espaces verts pour le développement de l’écotourisme, ainsi que la création d’entreprises par des jeunes issus des milieux ruraux.

«Tous les projets seront tributaires d’études d’impact pour éviter la destruction de la forêt. Il est prévu aussi l’exploitation des énergies renouvelables», a-t-elle relevé.

Selon les données de la DGF réalisées à l’aide du GPS, la superficie totale du barrage vert est de 3,7 millions d’hectares couvrant 13 wilayas, 165 communes dont plus 200 zones d’ombre ont été recensées.