Randonnée au pays des ancêtres, Boussemghoun, Labiodh sidi cheikh, Ain sefra

RANDONNEE AU PAYS DES ANCÊTRES

«  LABIODH SIDI CHEIKH UNE GENEALOGIE BERBERO-ARABE »

“DES AWLÂD SIDI CHEÏCH A AWLÂD SIDI AHMED MAJDÛB”

“D’AIN SEFRA A BOUSSEMGHOUN MÊMES LIENS DE PARENTE”(2

                           

                                                                  (*) Dr Boudjemâa HAICHOUR 

Jadis la Nakhla de Boussemghoun faisait rêver à l’ombre de la Zaouia Tidjania où à l’appel du muezzin, le pouce et l’index ne font plus égrener le chapelet, comme si le temps s’arrêtait de s’écouler dans une spatialité oasienne. A perte de vue nous visitions El Bayadh arrachée au prix de grands sacrifices de nos Chouhadas morts dans le combat séculaire contre le colonialisme. 

Ce sont les insurrections successives des Ouled Sidi Cheïkh et de Bouamama. Le Général Pélissier a imposé le nom de Géryville à El Abiod Sidi Cheïkh au nom du colonel Géry. Les martyrs du 1er Novembre 1954 lui ont rendu son nom ancestral. Région alfatière par excellence elle devenait objet de convoitises entre les grands colons à telle enseigne que le Borgeaud de la Mitidja voulait s’accaparer des mains de ceux des colons de cette contrée.

S’inspirant de Xavier Jacquey, Toumi Nouredine nous donne une liste que nous retrouvons également dans les P.V du Sénatus-consultes. Il s’agit  des Ouled Ziad(Ghraba et Chraga) installés dans Rogassa- les Ouled Moumen dans la Ghassoul- les Ouled Aïssa dans Brézina et les Krekda- les Touafir dans les terres de Sidi Tifour- les Trafi au Kef Lahmar- Ahl Stitten aux Sttiten- les Rzigat à Boualem- les Ouled Omrane dans la partie du Haoudh.

Laamourat à Sdi Amar- Zoua à El Abiod Sidi Cheïkh- M’Chara dans le petit Méchria- les Krarma dans M’Hara-Smaghna à Boussemghoun- Mdjadba,Bouaki à Chellala- Ouled Sidi Boutkhil Affafna dans l’Arbaout- Ouled Sidi  Hadj à Sidi Hadj Benameur. 

Graridj à El Bayadh- Ouled Brahim  à Sidi Slimane- Makna à El wadienne- Ouled Bouali Chérif à Boualem.

Pour ce qui est des Ksour on peut citer : Chellala dahrania et gueblia- Boussemghoun- Arba fougani et tahtani- El Abiod Sidi Cheïkh- Kerakda-Petit Méchria-El Ghassoul-Khellaf-Sidi Tifour-Sidi Slimane-Brézina-Stitten-El widienne-Boualem-Sidi Ahmed Belabes-Sidi Hadj Benameur.

La France coloniale a démantelé l’organisation des tribus pour les rendre parcellaires afin de les administrer. La Loi Warnier et la dépossession des terres en fut un autre manège pour les affaiblir. Même leur généalogie fut changée surtout avec l’installation des Bureaux arabes. Leur lignage confrérique des Mrabtines et patronymique a été  déstructurée et changée. Leur réalité sociale a été redéfinie et remaniée. 

En 1847 dans sa conquête du Sud et Sud/ Ouest, le Général Cavaignac a pris possession de tous les Ksours. C’est le cas des Ouled Sidi Cheïkh et ceux des Ouled Sidi Ahmed Majdoub et les Amour dans le cercle de Aïn Sefra dont la création date du 20Mars 1882. Les Amours se voient appliquer une nouvelle organisation après les insurrections de 1881 de Bouamama. 

Ils seront en trois tribus : Ouled Salim (fractions des Mrinat et Ouled Chahmi)- Ouled Boubkar(Ouled Abdellah et les Gtayyeb)-Swala (fractions des Ouled Amor et ouled Slimane). Alors que les Lamdabih et les Ouled Sidi Tadj furent réfugiés au Maroc en 1885.

AÏN SEFRA ISABELLE EBERHARD OU LA FASCINATION DU DESERT

On ne peut quitter la région d’Aïn Sefra sans faire une virée pour visiter la tombe d’Isabelle Eberhard, une femme dont le destin l’a ramenée pour mourir dans un gourbi emportée par l’oued en crue au mois d’Octobre 1904. De parents russes exilés en Suisse, elle naquit à Genève en 1877. Beaucoup a été dit sur ce personnage atypique à travers des récits qui l’ont décrite.

Alors qu’elle n’avait que vingt ans, Isabelle rejoignit son frère Augustin en Algérie, engagé dans la légion étrangère. Elle tombera amoureuse de cette terre d’Islam dont elle se marie à Oued Souf avec un certain Slimane. Mais pour échapper à la curiosité des gens, elle se déguise en homme enfilant un pantalon, un burnous et un turban « Chèche » sur la tête.

 Tout au long de son séjour, elle mènera une vie sobre d’une aventurière parcourant à cheval l’immensité de notre steppe. C’est d’Aïn Sefra dès l’automne 1903 qu’elle s’applique comme reporter, correspondant et journaliste dont elle traduisit ses rêves, fascinée par le désert, source de ses inspirations. Elle rencontrera Lyautey qui laissera dire aux gens, qu’elle est espionne pour les uns et pour les autres une musulmane enterrée selon le rite au cimetière Sidi Boudjemâa.

On peut dire qu’elle est engagée contre le système colonial. De ses écrits on connait « Ecrits sur le sable ». En fréquentant la zaouia on avait dit d’elle qu’elle est une mystique. Pour comprendre mieux, il faut défricher tout son parcours, ses écrits avant et après sa mort.

                                                        (*) Boudjemâa HAICHOUR 

                                          Chercheur Universitaire-Ancien Ministre

Notes:

1-Isabelle Eberhardt : « Le Sud Oranais » Paris éditions Joëlle Losfeld 2003.

2– P-G Soubiron : « Les territoires du Sud de l’Algérie » Commissariat Général du centenaire Alger 1930.

3-Yazid Ben Hounet : « Le fait tribal dans le Haut Sud/Ouest algérien contemporain» Thèse d’Anthropologie-Paris EHESS 2007.

4-Cap. Mesnier : « Monographie du territoire d’Aïn Sefra »  imprim. L.Fouque Oran 1914.