Quand l’Etat se conjugue au sérieux

Quand l’Etat se conjugue au sérieux

Nous avons attendu, emportés par les vieilles habitudes de gouvernance, de connaitre les noms des futurs ‘dégommés’ et des futurs promus pour la formation du nouveau gouvernement annoncé comme imminent par le président de la république, mais nous sommes restés – et tous le monde avec nous- sur notre faim.

Il y a quelques années, tout remaniement ministériel ou pour d’autres postes de moindre importance, était sujet à des ‘fuites’ qui s’avéraient par la suite organisées pour des desseins inavoués. Bien avant l’annonce officielle, les noms de ceux qui ont été choisis pour occuper les hauts postes de l’Etat étaient connus, savamment distillés par des canaux détournés mais qui s’avéraient trop bien informés pour dire que la ‘fuite’ n’a pas été voulue !

Cette fois, c’est le président Tebboune qui a lui-même annoncé à tout le peuple, son intention de procéder à un remaniement partiel des membres du gouvernement mais personne ne peut se targuer d’avoir la moindre information, officielle ou officieuse, sur le nombre des ministres qui vont être remplacés, et encore moins leurs noms.

Ni les réseaux sociaux pourtant si prolixes à donner des noms dans le passé, ni les chaines ‘privilégiées’ n’ont pu se fendre ne serait-ce que du nombre de postes gouvernementaux à pourvoir.

Il y a bien entendu des observateurs chevronnés et des journalistes spécialisés qui ont fait des analyses mais ils les ont faites sur la base de faits réels et bien connus de tous. En effet, les algériens dans leur ensemble, savent qui sont les ministres qui n’ont pas mené à bien leurs missions car ils ressentent dans leur vie de tous les jours ces manquements, mais ce ne sont que des probabilités.

Ceci nous met un baume sur le cœur et nous fait espérer une rupture totale avec les pratiques clientélistes de l’ère passée, mettant la charrue avant les bœufs et ne choisissant pour les hautes fonctions de l’Etat que ceux qui leur prêtaient allégeance. Actuellement, c’est le sérieux qui prime, aussi bien de la part du président de la république lui-même que de son entourage immédiat, notamment le secrétaire général de la présidence, les proches conseillers du président chargés des dossiers politiques, sans oublier le rôle capital des services de renseignement.

Outre ce sérieux dans le traitement de l’information concernant ce remaniement, la maladie du président Tebboune a aussi été entourée d’une discrétion qui a fait que personne ne connait le nom de l’hôpital où il a été pris en charge, sauf qu’il se trouve en Allemagne. On se souvient qu’avec l’ancienne équipe dirigeante, tout le monde savait ce que prenait l’ex président comme traitement, mais malheureusement par de canaux officiels, c’était toujours les fuites ‘organisées’ pour des objectifs bien calculés destinés à tromper les citoyens.

Ainsi, avec ce traitement adéquat de l’information en provenance des plus hautes sphères de l’Etat, nous constatons que nous avons laissé loin derrière nous les rumeurs destinées à tromper l’opinion et à lui faire avaler les plus grosses couleuvres.

Place maintenant à une information vraiment officielle, claire, sans calculs politiciens ni populistes, une information faite par des hommes qui ont foi aussi bien en leurs institutions qu’en leur peuple.

Tahar Mansour