Publicité étatique : professeur Amar Belhimer insiste sur une gestion démocratique

Publicité étatique : professeur Amar Belhimer insiste sur une gestion démocratique

S’exprimant ce lundi lors d’une rencontre avec les professionnels du secteur, Amar Belhimer, ministre de la Communication, a donné les grandes lignes qui régiront dorénavant l’octroi de la publicité, notamment aux journaux nationaux.

D’emblée, Amar Belhimer a voulu être clair : l’ancien modèle d’attribution de la publicité doit changer. Car, selon lui, cette ère marquée par une gestion bureaucratique a causé « des catastrophes économiques » difficilement chiffrables.

Pour une meilleure transition, la nouvelle loi sur la Communication sera précédée du lancement d’ateliers de discussion et de concertation. Le but étant de démocratiser l’octroi de la publicité via l’Anep, a-t-il insisté. « Nous n’avons aucune autorité sur la gestion de l’Anep, c’est une entreprise économique », a-t-il assuré.

Entre temps, une annexe de quinze critères entre en vigueur pour gérer les attributions de la publicité aux journaux nationaux.

Parmi les conditions requises, Larbi Ouanoughi, PDG de l’Agence nationale de la publicité (ANEP), également présent, a cité la possession d’un registre du commerce, les déclarations aux services des impôts, le numéro d’identification fiscale (NIF), mais aussi un agrément du ministère de la Communication.

Enfin, Amar Belhimer a fait savoir qu’une importance sera accordée au passage de la presse écrite à celle électronique. Cette autre transition doit respecter certaines règles comme la relocalisation de l’activité des médias concernés.

La Patrie News