Procès des détenus de Gdeim Izik : la justice marocaine aux ordres persiste et signe

Procès des détenus de Gdeim Izik : la justice marocaine aux ordres persiste et signe

La justice marocaine semble résolue à en découdre avec les malheureux citoyens sahraouis qui, de guerre lasse, et face à la persistance du Makhzen de perpétuer son statut-quo, avaient spontanément décidé d’établir un camp pacifique, et honteux pour la politique colonialiste du Makhzen.

Ces malheureux militants, toujours emprisonnés et dont le procès traine en longueur depuis une bonne dizaine d’années, ne sont rien moins qu’accusés de « meurtre » pour s’être défendus contre la violence cruelle et criminelle des soldats et gendarmes lourdement armés du roi Mohamed VI.

Ainsi, la Cour de cassation marocaine a maintenu les peines prononcées en 2013 pour 19 malheureux Sahraouis, allant de vingt ans à la prison à vie.

Ce procès, tenu ce jeudi pour l’exemple, est certainement lié à l’attaque marocaine contre la zone tampon d’El Guerguerat, histoire, sans doute, de servir d’ « exemple ».

Ce qui donne, très certainement, une idée claire sur « l’indépendance » de la justice marocaine, plus que jamais aux ordre, et au garde-à-vous des tenants du Makhzen.

Ali Oussi