Présidence du COA : Abderraouf Bernaoui hors course

 

Présidence du COA : Abderraouf Bernaoui hors course

Quatre dossiers de candidatures à la présidence du comité olympique algérien sur cinq déposés ont été validés par la commission des candidatures de l’assemblée générale élective (AGE) de cette instance sportive.

Il s’agit de Samia Fergani, Mabrouk Kerboua, Sidi Ali Lebib et Abderrahmane Hamad alors que le dossier de candidature de l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports  Abderraouf Bernaoui a été rejeté.

Pour l’heure, aucune explication n’a été fournie quant à ce « refus » de candidature mais tout porte à croire que c’est en relation, justement, avec le dernier poste occupé par Bernaoui à la tête du département de la Jeunesse car la réglementation est claire particulièrement  l’ordonnance n °07-01 du 1er mars 2007 relative aux incompatibilités et obligations particulières attachées à certains emplois et fonctions qui pourraient constituer un obstacle à sa candidature.

Cette même ordonnance concerne les agents publics occupant des fonctions supérieures de l’Etat ou ceux exerçant des emplois d’encadrement et qui activent dans les : Institutions et administrations publiques, Etablissements publics, Entreprises publiques économiques, les Sociétés mixtes ou l’Etat détient 50% au moins du capital, Autorités de régulation ou tout autre organisme assurant des missions de régulation, de contrôle ou d’arbitrage ».

Dans  son article 3, il est précisé qu’il est « interdit aux titulaires des emplois cités précédemment  d’exercer, pendant une période de deux années, une activité professionnelle ou de consultation ou détenir des intérêts directs ou indirects auprès d’entreprises ou d’organismes dont ils ont eu à assurer un contrôle ou une surveillance, à conclure un marché ou à émettre un avis en vue de la passation d’un marché, ainsi qu’auprès de tout autre entreprise ou organisme opérant dans le même domaine d’activité.   C’est dire que Bernaoui ignore ou fait semblant d’ignorer le texte en question.  Pour rappel, le président élu à la tête du COA, le 12 septembre 2020, aura à gérer le reste du mandat olympique qui s’étalera jusqu’après les Jeux olympiques 2021 de Tokyo.

Après  la démission de Mustapha Berraf, entérinée le 12 mai dernier par le bureau exécutif, la présidence par intérim du COA avait été assurée, en application des statuts de l’instance, à Mohamed Meridja, chargé de la gestion des affaires courantes du COA et de préparer les prochaines Assemblées générales ordinaire et élective.

M.M.H