Pr Salah Lellou : « Je serai contre une réouverture totale des frontières »

Pr Salah Lellou : « Je serai contre une réouverture totale des frontières »

Professeur Salah Lellou, chef de service de pneumologie à l’Ehu d’Oran (1 novembre), s’est positionné ce jeudi 1 octobre contre une réouverture totale des frontières, notamment aériennes.

Dans une déclaration accordée à La Patrie News, le professeur Lellou, également président de l’association oranaise de santé respiratoire, a mis en garde contre les risques d’une telle entreprises. « Il ne faut ouvrir la grande porte », lâche-t-il d’emblée.

Alors que l’épidémie de coronavirus connait une nette décrue, un afflux important de voyageurs vers l’Algérie, surtout des pays européens, serait un pari à éviter, selon lui.

« En France, les patients (atteints de la Covid-19) sont par centaines dans les services de réanimation. En Espagne aussi. Les indices ne sont pas bons », explique-t-il. Et d’ajouter, « s’il y a ouverture des frontières, il y a grande risque ».

Pr Lellou, a dans ce sens, donné l’exemple de la Tunisie où l’épidémie est en train de sévir depuis quelques semaines. « Regardez le résultat en Tunisie à cause de la réouverture des frontières ! Ils étaient à zéro cas presque au mois de juin », détaille-t-il. Et de conseiller, « il faut attendre que ça se tasse en Europe ».

En revanche, le spécialiste des maladies respiratoires s’est dit en faveur d’opérations de rapatriement ciblées. A condition que ces dernières respectent le protocole de prévention.

« Pour ce qui est du rapatriement des personnes à l’étranger (ressortissants) et de ceux chez nous, il faut qu’il y ait un programme dont les mesures de précaution sont drastiques », souligne-t-il.

Par ailleurs, le professeur Lellou a insisté sur le respect des gestes barrières lors des regroupements comme les fêtes de mariage, mais aussi les enterrements. « Il faut se protéger au maximum, la contamination est souvent manu-portée », avertit-il.

En dépit de leur interdiction, les fêtes de mariage reprennent dans plusieurs villes du pays. Somme toute, un facteur de risque important…

Nacereddine Benkharef