Portrait de M. Mohamed Salah Kouache P-dg de KAHRIF

Portrait de M. Mohamed Salah Kouache P-dg de KAHRIF

Détenteur d’un diplôme d’Ingénieur d’Etat en électronique Option commande électrique, obtenu en qualité de major de promotion en 1991 à l’université d’Annaba, M. Mohamed Salah Kouache, le PDG de l’entreprise Kahrif, filiale de Sonelgaz, se retrouve dans son élément pour donner le meilleur de lui-même à la société qu’il dirige et à son pays.

« J’ai intégré Kahrif en 1992, une année seulement après l’obtention de mon diplôme, en qualité d’ingénieur assistant puis j’ai été nommé chef de projet Ligne HT/BT, puis chef de projet HT en 2001.

Promu chef de département travaux en 2003, ensuite, en 2005, j’ai quitté la société pour aller vers la distribution, l’actuelle Sadeg, toujours dans le groupe Sonelgaz, en qualité de chef de projet ‘Bureau central de conduite’ pour installer un système de télé-conduite de tous les ouvrages MT au niveau de l’Est du pays, avec l’entreprise allemande ABB », nous a confié M. Kouache.


LIRE AUSSI : 

Kahrif, emmener l’électricité dans tous les coins de l’Algérie


Il occupa ensuite le poste de chef de division travaux au niveau de la DD d’Oum El Bouaghi en 2006, en 2010 il est directeur de la distribution de la wilaya de Batna, en 2014 il est directeur de distribution au niveau de la wilaya d’Alger (El Harrach). Il réintégra Kahrif en 2018 en qualité de Directeur Général adjoint pour être nommé Président-Directeur Général de Kahrif en 2020, poste qu’il occupe à aujourd’hui.

N’ayant pas quitté la Sonelgaz depuis son recrutement juste après l’obtention de son diplôme d’ingénieur, M. Mohamed Salah Kouache connait les sociétés filiales (Kahrif et Sadeg) ‘sur le bout des doigts’. Très estimé aussi bien de ses responsables que des travailleurs qu’il a eu à diriger le long de sa carrière, il a toujours fait montre d’une modestie à toute épreuve mais, en filigrane, nous avons pu détecter la fermeté nécessaire, pour lui-même et pour ses subordonnée, pour mener à bon port le ‘bateau Kahrif’, ou toute autre société du groupe Sonelgaz.

Il n’hésitait pas à se rendre personnellement sur les chantiers, même pendant la période de la pandémie de covid19, pour trouver les solutions idoines à tous les problèmes rencontrés, quels que soient leurs genres, humains, techniques ou autres. Il a su acquérir le respect de tous grâce à son savoir-faire, à son abnégation et à sa modestie dont tout son entourage parle.

Tahar Mansour