Oran : Le wali s’explique, mais ne s’excuse pas

 Oran : Le wali s’explique, mais ne s’excuse pas

Tout en éludant le fond du sujet, Messaoud Djari, wali d’Oran, s’est fendu d’un communiqué pour justifier son comportement jugé « irrespectueux et dédaigneux » vis-à-vis d’une institutrice ce mercredi 21 octobre.

« Des comptes sur les réseaux sociaux ont partagé ce matin une vidéo du wali d’Oran lors de sa supervision de la rentrée scolaire dans certaines écoles oranaises », indique le communiqué.

Et d’ajouter, « une séquence de la vidéo montre l’intervention de l’enseignante Sidia R devant le wali à l’école Benzerdjeb. Lors de l’exposé des préoccupations, elle a déclaré que les tables ‘dataient de l’époque coloniale’ ».

Affirmant l’écoute attentive du wali aux doléances de l’institutrice, le communiqué justifie sa réaction du fait de l’inadéquation des propos de l’enseignante. « En sa qualité de représentant de l’Etat, il était obligé de préciser qu’il s’agit d’une description inappropriée et qu’elle ne reflète pas les efforts consentis par l’État algérien depuis l’indépendance dans tous les secteurs », poursuit la même source.

La wilaya d’Oran assure, par ailleurs, que l’expression utilisée par l’institutrice rappelle aux Algériennes et aux Algériens les crimes de la France coloniale dans notre pays, à savoir « l’ignorance, l’appauvrissement, l’analphabétisme, l’injustice et la bafouage de la dignité humaine ».

« Monsieur le wali, en dépit de sa conviction des lacunes que connait le secteur, a voulu montrer, à travers sa position, que le message de l’enseignant est éducatif, pédagogique et d’orientation. Par conséquent, il faut être au niveau escompté pour refléter les formidables efforts de l’Etat algérien dans un secteur qui bénéficie de la plus grande part de son budget en toute circonstances », détaille le communiqué.

La wilaya d’Oran précise également que la présence du wali dans cette école était pour connaitre ces lacunes, travailler à les combler et mobiliser tous les moyens nécessaires pour améliorer les conditions de scolarité ainsi que de travail.

Saluant les efforts des enseignants, la wilaya d’Oran affirme l’engagement du wali et celui  des autorités locales à tous les niveaux « afin d’assurer les meilleures conditions possibles pour le bon fonctionnement du processus éducatif ».

Enfin, la wilaya d’Oran fait savoir que sa porte reste ouverte pour discuter de toutes les questions de quelque nature que ce soit. « Il s’engage à prendre toutes les mesures et procédures nécessaires », conclut le communiqué.

Sur les réseaux sociaux, le comportement du wali continue d’être décrié, voire condamné. Cette mise au point réussira-t-elle à atténuer la colère des citoyens ?

Nacereddine Benkharef