Opérations de paiement en ligne : hausse de 400% durant la pandémie

Opérations de paiement en ligne : hausse de 400% durant la pandémie

 «C’est une hausse importante de 400% qu’ont connu les opérations de paiement électronique durant la pandémie», a déclaré ce lundi, Madjid Messaoudène, DG du groupement intérêt économique monétique, cité par la chaîne  Echourou TV.

Aussi, le même responsable annonce la généralisation des cartes bancaires, une démarche importante pour généraliser le e-paiement à travers le territoire. «Aujourd’hui, 10 millions d’Algériens sont porteurs desdites cartes». Pour aller de l’avant, des facilitations seront accordées aux citoyens. M. Messaoudene fait état de la possibilité de création de comptes courants à distance. Et d’ajouter : «le paiement électronique sera généralisé dans tous les secteurs».

Notons par ailleurs que le secteur du Commerce compte rendre «obligatoire» l’utilisation des moyens de paiement électronique dans les transactions commerciales et de services. Le secteur a promulgué récemment un arrêté ministériel portant réduction du coût des opérations qui se font avec le Centre national du registre de commerce (CNRC), à hauteur de 20%, si ces opérations se font via e-paiement.

Selon le ministre Kamel Rezig, plus de 1.700 entreprises ont utilisé le paiement électronique en 2020.

Pour sa part, le ministre des finances a souligné  que les réformes engagées par le gouvernement trouvent leur signification dans l’écoute constante des utilisateurs du système bancaire et financier, encouragés par l’émergence d’une offre plus large de produits de paiement électronique et de services numériques en Algérie. M. Benabderrahmane a préconisé le renforcement de ce type de services bancaires dans les zones d’ombre, y compris les zones frontalières isolées et un taux de couverture bancaire « limité ».

D’autre part, experts et officiels ont relevé l’importance d’impliquer les jeunes porteurs de projet dans le processus de généralisation de l’utilisation du paiement électronique dans les transactions commerciales.

Maya Merzouk