Nouveau système d’information de l’administration fiscale : moins de 40% d’avancement du projet

Nouveau système d’information de l’administration fiscale : moins de 40% d’avancement du projet

«Le nouveau système d’information de l’administration fiscale est au dessous de 40% de son application», a affirmé ce dimanche Boubekeur  Sellami, président de l’Association nationale des conseillers fiscaux, relevant que cette administration «devrait être la première à digitaliser au même titre que les banques et les Douanes»

Outre cette digitalisation qui fait défaut, l’expert financier dira que l’exploitation optimale des niches fiscales, une lutte sans merci contre l’informel, la mise à disposition de l’administration fiscale de tous les moyens, la lutte contre le départ massif des meilleurs cadres sont, entre autres, des garanties qui peuvent ramener le déficit budgétaire, aujourd’hui se situant à 3700 milliards de dinars, à des niveaux très bas et «proches de zéro et ce dans des délais ne dépassant pas les 30 mois».

Dans le même ordre d’idées, M. Sellami précise que le nouveau paradigme que le Gouvernement compte mettre en place ressemblera à une quadrature de cercle «sans de vraies réformes fiscales».

A ce sujet, il indique qu’excepté quelques petites mesures dans le cadre de la loi de finance 2021, les engagements à court terme des assises sur la réforme fiscale «ne sont pas réalisés». Aujourd’hui, déplore –t-il, «la fiscalité n’est pas à la hauteur pour permettre à l’économie de redémarrer».

Yacine Bouali