Nassim Belouar : « Aider l’Algérie à entrer de plain-pied dans l’ère numérique »

Entretien avec Nassim Belouar de l’entreprise TransfoNum                

« Aider l’Algérie à entrer de plain-pied dans l’ère numérique »

La transformation numérique est devenue une réalité à laquelle rien ni personne ne peut échapper ni ne peut ignorer. Même si l’Algérie a connu quelque retard dans le lancement de sa numérisation, elle se rattrape de manière magistrale grâce aux compétences de ses spécialistes, établis aussi bien en Algérie qu’à l’étranger et qui ont acquis des connaissances très vastes dans ce domaine. TransfoNum est l’une de ces entreprise qui ont émergé du lot et qui ont acquis une expérience et un savoir-faire hors-pair à l’étranger, expérience et savoir-faire qu’elles veulent mettre à la disposition de leur pays pour, non seulement lui faire rattraper le retard enregistré, mais le porter à l’avant-garde de l’ère numérique et en faire un pionnier en la matière. Nassim Belouar, de TransfoNum, nous en parle dans le détail.

La Patrie News : Nous vous remercions, Monsieur Belouar, d’avoir accepté de répondre à nos questions. Dans la présentation de votre entreprise, vous dites que c’est une entreprise de transformation numérique, expliquez-nous cette appellation et les domaines dans lesquels vous intervenez.

Nassim Belouar : en effet, notre société s’appelle TransfoNum, ce qui est un jeu de mots entre transformation et numérique. C’est un hashtag très connu sur Twitter et est utilisé par les grands groupes comme Google, Google fr, Microsoft fr, etc. car lié à la transformation numérique, et nous avons transformé ce hashtag en nom d’entreprise, ce qui a donné TransfoNum. Notre société existe depuis 2018 en France ; au début en tant que microentreprise et aujourd’hui nous sommes une SAS en France, alors qu’en Algérie, nous avons commencé, en février 2019, à travers une SARL au sein de laquelle je suis associé avec Malik Zerourou et Nassim Rebouh. L’idée de cette entreprise est de proposer une solution full digital, c’est-à-dire que nous accompagnons les sociétés dans leur transformation digitale, pas seulement sur le volet numérisation des documents par exemple ou sur le volet marketing et du développement comme font les autres, mais aussi sur le volet management et communication générale, ainsi que le développement, grâce à une équipe formée de compétences 100% algériennes.

La Patrie News: A travers le monde, c’est à une véritable course vers la numérisation de toute la vie sociétale que nous assistons et dans laquelle nous sommes tous partie prenante, quelle est la place de TransfoNum dans tout cela ?

Nassim Belouar : aujourd’hui, nous sommes plus d’une dizaine de développeurs dans notre entreprise, mais aussi des équipes spécialisées en marketing et en management. Nous proposons une offre « full », c’est-à-dire accompagner un business déjà établi ou qui va se lancer, du point zéro jusqu’à bâtir sa vision globale, dans le digital. Notre travail concerne la partie « brending » et la partie « design », chaque entreprise devant commencer par ces deux parties et une troisième, la stratégie. Nous avons une quarantaine de références, des sites internet, des applications, dont une va être lancée dans le domaine du mariage pour regrouper des prestataires de ce créneau. Nous avons également accompagné plusieurs sociétés algériennes comme mohassabati, SBC connection, et d’autres encore au niveau national et international.

La Patrie News: Quelles sont les offres de service de votre entreprise, ou plus prosaïquement, que proposez-vous à vos clients en matière de transformation numérique et quel est le plus que vous apportez pour eux ?

Nassim Belouar : nous commençons tout d’abord à bâtir l’aspect stratégique du marketing ou de l’entreprise sur le digital, nous aidons nos clients à comprendre le comportement des utilisateurs ou des clients, nous les aidons à faire des « benchmark », c’est-à-dire des études concurrentielles, à choisir les meilleurs outils pour entamer leur travail. Nous sommes aussi avec eux pour véhiculer leurs valeurs sur le digital. Dans un premier temps donc, nous nous basons sur cette partie de la stratégie. Nous les aidons par la suite à créer leur partie « expérience utilisateur », ce qui signifie qu’avant de créer notre solution, nous essayons de voir comment la rendre accessible aux utilisateurs. Enfin, nous procédons à la création du design, c’est-à-dire que nous nous occupons de la partie création des écrans, comme pour les sites internet par exemple, et c’est la même chose pour une application ou un logiciel. Une fois terminé, nous allons à la partie développement. Nous avons une équipe compétente dont nous sommes fiers, ce qui nous permet de travailler dans des technologies très avancées, dans le cloud et dans le langage utilisé dans le développement. Nous sommes aussi versés dans la formation. J’ai fait plus de soixante-dix formations depuis 2016, essentiellement sur la technologie blockchain, ainsi que le marketing et le management. J’ai aussi écrit plus de 80 articles, soit sur mon blog soit sur le site « Forum économique mondial », toujours sur les mêmes sujets.

La Patrie News: Vous êtes établis en France, mais vous avez quand même investi en Algérie. Quelles sont les solutions numériques que vous avez apportées ? Et quelle est votre position par rapport aux autres entreprises activant dans le même domaine.

Nassim Belouar : pour nos services, ils se trouvent sur la partie digitalisation, nous utilisons Google Cloud, les produits de numérisation des documents, des solutions de gestion pour les entreprises (R & H, établissement de devis automatisés), nous essayons d’automatiser un maximum de choses. Nous proposons aussi la création de messageries sécurisées pour chaque entreprise, l’archivage des documents. Pour le marketing, nous aidons les entreprises à définir leurs objectifs et diverses études ainsi que des indicateurs de performances qui aideront dans la gestion et la correction des erreurs. Sur la partie opérationnelle, nous avons une équipe spécialisées en SEO (référencement sur les moteurs de recherches, sur Google notamment ainsi que les autres moteurs de recherches) pour aider les entreprises à améliorer leur visibilité. Nous réalisons aussi des stratégies d’influence sur les réseaux sociaux en élaborant des stratégies pour que les entreprises puissent les utiliser pour atteindre leurs objectifs, ainsi que la gestion des publicités en ligne. Nous aidons aussi les entreprises à réaliser leurs applications web, mobiles qui peuvent être téléchargées sur les téléphones mobiles, des sites vitrines pour les entreprises qui veulent uniquement véhiculer l’image de leurs produits pour générer des inscrits ou même des ventes. Nous réalisons aussi des sites e-commerce, qui font directement de la vente de marchandises ou de services. Effectivement, j’habite en France mais je viens fréquemment en Algérie où nous avons beaucoup de clients, tout comme en France, d’ailleurs. Enfin, il faut dire que j’essaie d’aider l’Algérie, bien modestement, à réussir son intégration numérique, surtout en adoptant la formation pour tous ceux qui vont l’utiliser.

La Patrie News: L’Algérie s’est engagée dans la numérisation de toutes ses institutions, de toute sa vie, de toutes les sociétés et entreprises qui y activent, quelle est votre part dans tout cela ?

Nassim Belouar : effectivement, nous sommes dans une véritable course vers la numérisation et, pour nous TransfoNum, nous n’ambitionnons pas seulement de créer des produits digitaux pour les autres, mais aussi pour nous-mêmes. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, nous sommes sur la création du « mariage serein » qui est un projet très complexe techniquement parce que nous regroupons 25 métiers, et comme ce n’est pas un annuaire, chaque métier possède différents filtres, etc, ce qui nous a pris beaucoup de temps. Nous voulons aussi nous lancer dans l’univers des startups, pour, à terme, être un archipel de startups, de business digitaux avec lesquels nous allons porter de vraies solutions concrètes pour le marché algérien et même à l’international. C’est cela, la place de TransfoNum qui ambitionne d’accompagner les projets digitaux afin de réussir la digitalisation des entreprises en utilisant des outils sophistiqués. Notre mot d’ordre est de faire un véritable saut qualitatif dans ce créneau. Nous voulons, grâce à nos compétences, épargner de nombreuses étapes que les entreprises étaient obligées de passer pour arriver à la digitalisation complète, mais plutôt aller droit au but, ce qui leur permettra de gagner du temps et de l’argent dans ces projets digitaux. C’est notre premier objectif, alors que le deuxième consiste en la création de nos propres produits digitaux, créer Amazon algérien, notre Facebook, d’autres services qui n’existent pas encore et pour lesquels je suis sûr que nous créerons grâce à nos compétences algériennes, établies en Algérie et à l’étranger. D’ailleurs, depuis plusieurs années, j’essaie de démocratiser des concepts pour aider l’Algérie à faire ce saut dans le numérique, et, pour ma part, je suis axé sur l’aspect formation et j’essaie de former le plus de jeunes, modestement en leur inculquant toutes mes connaissances en la matière.

La Patrie News: La blockchain est décrite comme une innovation sociétale, expliquez-nous ce qu’il en est.

Nassim Belouar : la technologie blockchain est une base de données qui permet d’enregistrer l’historique des transactions, des faits, des informations, de façon anonyme, sécurisée et transparente. C’est donc une technologie qui a révolutionné la confiance entre les citoyens et le gouvernement, entre les citoyens et les entreprises. C’est une innovation sociétale car elle a renforcé la confiance entre les citoyens en permettant à des communautés de s’organiser sans avoir des organes de régulation ou de contrôle derrière elles. Notre rôle en Algérie est donc de vulgariser les apports de cette technologie, de faire connaitre ses avantages, ses inconvénients. Au début, nous avons reçu un très bon accueil en Algérie et, actuellement, nous avons acquis la certitude d’avoir la blockchain sans inconvénient.

La Patrie News: En Algérie, vous êtes le co-fondateur de Blockchain Algeria, pouvez-vous nous expliquer l’idée de mettre en œuvre cette technologie nouvelle en Algérie, de l’accueil qu’elle a reçu, de vos ambitions dans ce domaine et de la place occupée par votre entreprise ?

Nassim Belouar : pour nos solutions, déjà, tout ce que nous faisons sur la partie full est centralisé dans une même entreprise. Ce que j’ai constaté en Algérie et même à l’étranger, c’est que vous êtes obligés de faire votre design chez un opérateur, puis votre site chez un autre, puis votre digitalisation et votre publicité digitale auprès d’une autre société, ce qui nécessite du temps et de l’argent. Pour notre entreprise, l’idée est de tout centraliser et d’offrir tous ces services chez le même opérateur et, surtout, atteindre l’excellence dans l’ensemble des services. Mais comme vous le savez, plus une entreprise se diversifie, plus il lui est difficile d’atteindre l’excellence dans la qualité de ses prestations mais, chez nous, nous avons découvert un système de management qui fait que nous travaillons en mode décentralisé avec plusieurs petites entreprises à l’intérieur de l’entreprise mère, chaque petite entreprise étant responsable sur son volet d’activité, même sur celui de la commercialisation. C’est-à-dire que pour atteindre l’excellence souhaitée, nous avons fait une concurrence interne qui pousse chacun à faire du mieux pour arriver à ses objectifs. Nous voulons démocratiser cette technologie en Algérie pour lui permettre de devenir un pôle d’innovation dans ce domaine car il faut rappeler qu’à travers le monde, il y a beaucoup de pays qui engrangent des bénéfices par millions de dollars grâce aux startups qui exercent dans ce créneau. Nous voudrions donc permettre à l’Algérie d’être parmi les pays pionniers dans les nouvelles technologies en général et dans la blockchain en particulier. Actuellement, nous sommes encore sur la partie formation et marketing, nous essayons d’expliquer le fonctionnement de cette technologie. Pour ce qui est de la sécurité, nous pouvons trouver l’environnement nécessaire pour la sécurisation de la blockchain en Algérie, par la création de data center, des blockchains sécurisées en elles-mêmes. Rien n’est impossible, nous pouvons faire cela.

Tahar MANSOUR