Naftal : en force dans les zones d’ombre

Naftal : en force dans les zones d’ombre

Etant une priorité du programme présidentiel d’urgence, les zones d’ombre ont fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’entreprise Naftal, entreprise citoyenne par excellence, et de celle de son Président-Directeur Général, M. Kamel Benfriha, qui s’y est investi en force. Dans ce cadre, un dispositif complet a été étudié et mis en place afin d’améliorer la disponibilité des produits énergétiques de Naftal jusqu’au fin fond de ces zones déshéritées.

Bien entendu, le gaz butane (ou autre) est un produit très demandé dans ces contrées et, souvent, les habitants parcourent des dizaines de kilomètres à la recherche de cette chère et indispensable bonbonne de gaz dont le prix est fixé à 200 DA mais qui a atteint, il y a quelques années, jusqu’à 500 DA ou plus.

Dans ces zones, situées souvent dans des endroits difficiles d’accès, le froid est intense et, lorsqu’il neige ou qu’il pleuve plus que d’habitude, la demande en gaz butane (pour le chauffage et la cuisine) se fait plus importante et plus pressante et certains en profitent pour s’enrichir au détriment du pauvre citoyen qui n’a pas les moyens de se déplacer jusqu’aux stations-service pour s’approvisionner.

Consciente de son rôle dans la préservation des intérêts des citoyens, dans l’amélioration de ses conditions de vie dans les zones d’ombre en application des directives des plus hautes autorités du pays et de sa position citoyenne de fournisseur d’un produit stratégique pour les familles algériennes, Naftal s’est investie de manière remarquable dans l’approvisionnement régulière de ces zones.

Parmi les mesures introduites dans ce dispositif, il y a la vente directe (de proximité) de bouteilles de gaz butane par les camions de Naftal qui sont disséminés à travers l’ensemble du territoire national et qui se rendent dans les endroits les plus reculés pour proposer aux habitants la fameuse B13, au prix légal de 200 DA.

Le camion arrive au lieu qui lui est désigné par les responsables concernés en coordination avec les collectivités locales et procèdent à la vente de l’ensemble des bouteilles transportées. « Malgré le froid intense de cette année qui s’est installé depuis plusieurs semaines, nous n’avons aucune tension sur la bouteille de gaz butane dans ces endroits réputés pour en manquer chaque hier », a précisé le PDG de Naftal.

D’autres actions ont été mises en œuvre pour assurer un approvisionnement régulier des habitants et des établissements scolaires dans les zones difficiles d’accès, consistant en l’installation de citernes de propane. Ainsi, en un laps de temps très court, 22 citernes de propane 1750 kg ont été installées pour l’alimentation de 66 foyers à travers différentes wilayas, pour les besoins du chauffage et de la cuisine.

Quant aux écoles dont les élèves souffraient du froid à longueur d’hivers, Naftal en a alimenté 356 à travers différentes wilayas dont 231 par la mise à disposition de citernes de propane et 125 par des bouteilles de propanes de 35 kg, qui serviront pour le chauffage des classes et des bureaux ainsi que pour les cantines scolaires afin de servir des repas chauds aux élèves. L’opération est toujours en cours pour réaliser des raccordements de 75 écoles à partir de citernes de propane au niveau de 8 wilayas.

Enfin, sept (7) stations de carburant mobiles ont été mises en place dans des zones reculées et qui en sont dépourvues dans les wilayas de Naama, Tébessa, Béchar, Mascara, El Oued, Biskra et Adrar.

C’est donc une véritable révolution qui a lieu dans le secteur de la distribution de carburant qui a été réalisée par Naftal et qui a permis, déjà, d’améliorer qualitativement et quantitativement, l’approvisionnement de ces zones d’ombre qui font l’objet d’une attention particulière dans le programme du président de la république.

Même les réseaux sociaux sont mis à profit par les dirigeants de Naftal, à leur tête le PDG, qui nous a assuré qu’ils sont à l’affut de chaque information concernant une irrégularité dans l’approvisionnement en gaz ou en un autre carburant. Il nous a d’ailleurs raconté un test réalisé par un journaliste qui a lancé un appel à travers Facebook pour dire que le gaz butane manquait dans une région reculée d’une wilaya de l’intérieur du pays.

Il nous confirma qu’une heure plus tard, un camion plein de bouteilles de gaz butane stationnait au centre de l’agglomération citée pour vendre au prix légal le gaz à tous ceux qui en avaient besoin. Le journaliste en question s’est ensuite présenté au chauffeur pour lui dire que c’était juste un test qu’il a réalisé pour se rendre compte de lui-même du sérieux de cette entreprise citoyenne. Entretemps, plusieurs habitants en ont profité pour remplir leurs bouteilles vides, bien qu’ils ne manquent pas de gaz chez eux.

Tahar Mansour