Mort de l’algérienne Zineb Redouane : Une contre-enquête indépendante met en cause les CRS

Mort de l’algérienne Zineb Redouane : Une contre-enquête indépendante met en cause les CRS

Deux ans après la mort de Zineb Redouane, touchée à Marseille par une grenade lacrymogène en marge d’une manifestation des Gilets jaunes, une contre-expertise indépendante valide la thèse d’un tir tendu, contrairement aux premières conclusions de l’enquête. 

C’est un élément qui pourrait déclencher une nouvelle expertise dans la mort de Zineb Redouane. Une contre-enquête indépendante publiée lundi 30 novembre conclut que l’Algérienne de 80 ans tuée début décembre 2018, lors d’une manifestation de l’acte III des Gilets jaunes a été tuée par un tir tendu d’une grenade lacrymogène.

 Cette investigation, menée par le média d’investigation en ligne Disclose et le groupe de recherche basé à Londres Forensic Architecture, vient contredire les premières conclusions de l’enquête.

Elle intervient également alors que le ministère de l’Intérieur Gérald Darmanin, confronté à plusieurs affaires de violences policières, reconnaît des « problèmes structurels » au sein des forces de l’ordre.

 À l’époque, Zineb Redouane est atteinte au visage par des éclats de grenade lacrymogène dans son appartement, situé au 4e étage d’un immeuble marseillais.

Grièvement blessée, elle succombe le lendemain à l’hôpital lors de son anesthésie. Sa mort suscite un vif émoi dans l’opinion.

 Après plusieurs rebondissements, l’affaire est dépaysée à Lyon en août 2019 après des soupçons de collusion entre le parquet de Marseille et les policiers mis en cause.

 L’analyse conduite par Disclose, basée sur le rapport balistique, des images de vidéosurveillance et une modélisation 3D détaillée « contredit le rapport d’expertise » officiel qui concluait que le lance-grenade à l’origine du tir avait été « utilisé selon les préconisations et les procédures d’emploi en vigueur dans la police nationale » et mettait hors de cause les CRS.

 L’un des avocats de la famille était persuadé qu’il s’agissait d’un tir tendu, strictement interdit face à un immeuble d’habitation. 

« Depuis la position des CRS au moment du tir, la présence de plusieurs immeubles en vis-à-vis direct aurait dû constituer, à tout le moins, une alerte rouge ».

D’autant que la munition utilisée, une grenade de type MP7, « est normalement prévue pour atteindre une cible située à 100 mètres ».

A.O