Mohamed Ben Salman : Une  soif d’argent et un besoin de pouvoir

Mohamed Ben Salman : Une  soif d’argent et un besoin de pouvoir

Âgé de 35 ans, Mohammed ben Salmane a connu une ascension fulgurante au sein du pouvoir saoudien, dans le sillage de son père, le roi Salman,  intronisé en janvier 2015. Fils préféré du vieux monarque de 82 ans, il a été propulsé en juin 2017 prince héritier du royaume au détriment de Mohammed ben Nayef, violemment écarté et toujours assigné à résidence.

Le jeune homme tente alors de se bâtir une image de réformateur avec l’autorisation de conduire pour les femmes, la mise au pas de la conservatrice police religieuse ou encore l’instauration de la TVA et les appels à la diversification économique qui séduisent tant les milieux d’affaires. Mais  Mohamed ben Salman, tel que décrit par les connaisseurs des rouages de la famille royale saoudienne, est « un prince avec un goût pour l’opulence, une soif d’argent et un besoin de pouvoir s’est retrouvé avec une abondance des trois ».

Wall Sreet Journal, se fiant à ses correspondants dans le royaume, affirme qu’en 2015, année de la prise de pouvoirs, a organisé une fête extravagante sur une île privée des Maldives. Son entourage obsédé par la vie privée a réservé l’ensemble du complexe de Velaa pendant un mois, au coût de 50 millions de dollars, selon des personnes proches du voyage. Le personnel a été interdit d’apporter des téléphones portables avec des caméras. Pendant la même période de démesure, le jeune prince s’offre pour 429 millions d’Euros, le Serene, un yacht loué une année auparavant par Bli Gats.  Considéré comme l’un des hommes les plus fortunés du monde,  Mohamed ben Salman est l’acquéreur 2017, du « Château Louis XIV », près de Paris, cédé  pour 275 millions d’euros.

Farid houali