Ministre des finances : l’objectif visé par l’ouverture d’agences pour la finance islamique est de bancariser l’argent du marché informel et celui des ménages

Ministre des finances : l’objectif visé par l’ouverture d’agences pour la finance islamique est de bancariser l’argent du marché informel et celui des ménages

A l’occasion de l’ouverture de plusieurs guichets spécialisés dans la finance islamique, ce mardi, le ministre des Finances, Aymene Benabderrahmane a affirmé que l’objectif visé par le lancement de ces bureaux spécialisés dans la finance islamique avait pour objectif principal d’offrir des produits financiers et bancaires propres à la Charia musulmane et de bancariser les très grandes sommes qui s’échangent par le biais du marché informel et celles détenus par les ménages.

Devant l’engouement observé chez les algériens après l’ouverture de ces guichets, le ministre estime que leur nombre, qui ne dépasse pas la cinquantaine à travers le territoire national demeure insuffisant et ne répond guère à la demande de plus en plus importante de la population attirée par les services bancaires conformes aux préceptes de l’Islam.

Il a, de ce fait, encouragé les banques pour procéder au lancement d’un plus grand nombre de ces guichets pour les rapprocher de tous et atteindre ainsi les objectifs astreints à ce genre de finances.

Pour rappel, plusieurs banques algériennes se sont lancées dans ce marché très attractif et quelques cinquante guichets ont été ouverts depuis le lancement de cette opération au mois de septembre 2020.

Les algériens avaient manifesté un vif intérêt pour ce genre de financement qui entrait dans leurs croyances et qui permettra aussi bien aux banques d’améliorer leur rentabilité, qu’à l’Etat de récupérer une grande partie de liquidité du marché parallèle et des ménages et, enfin, aux particuliers et aux entreprises de bénéficier de produits conformes à leurs aspirations religieuses.

Tahar Mansour