Malika Bendouda à Annaba : « Le patrimoine un actif précieux à valoriser »

Dernier jour de la visite de travail de Malika Bendouda à Annaba

« Le patrimoine : un actif précieux à valoriser »

 

La ministre de la Culture et des Arts s’est rendue, lors de la seconde et dernière journée de sa visite de travail à Annaba, au théâtre romain du site archéologique Hippone où elle a donné des instruction pour son aménagement à travers des campagnes de nettoiement et de réhabilitation mettant à contribution les Scouts musulmans algériens SMA et les associations à caractère culturel.

Malika Bendouda a également visité la mosquée Abou Merouane Echarif, située dans la vieille ville d’Annaba. Construite en 1033 par le roi ziride Al Mouiz Ben Badis, cette mosquée tient son nom du saint homme Abou Marwan, qui arriva à Annaba en 1087 et y mourut en 1111. Au cours de sa halte dans ce lieu de culte millénaire, la ministre a insisté sur la nécessité de préserver les manuscrits historiques et religieux de la mosquée en ayant recours aux moyens technologiques de numérisation.

Animant ensuite une conférence de presse, en marge de sa visite à Annaba, la ministre de la Culture et des Arts a beaucoup insisté sur la préservation du patrimoine de la ville, notamment les sites archéologiques et les espaces culturels protégés car ils constituent « un actif précieux à valoriser pour devenir des sites d’attraction créateurs de richesse et contribuant au développement de l’économie alternative ».

Mme Bendouda a, par ailleurs, attesté que les démarches de son département pour la classification du site archéologique de la ville romaine Hippone d’Annaba sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO permettraient d’insuffler « un dynamisme sans précédent dans le domaine d’exploitation des sites archéologiques et la valorisation de leurs dimensions économiques qui demeurent exploitables par les micros entreprises et les start-up ».

Elle a assuré, dans ce sens, que les porteurs de projets et d’initiatives pour la relance culturelle « bénéficieront de tout l’accompagnement nécessaire » et d’ajouter que « le projet théâtre de poche constitue pour les porteurs d’initiatives provenant de la volonté des jeunes talents une véritable opportunité pour les petits investissements permettant d’exploiter les espaces vacants pour créer l’ambiance culturelles à travers les quartiers ».

Accompagnée du ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière auprès du ministère de la santé, Ismail Mesbah, la ministre de la Culture et des Arts a ensuite rencontré des membres du staff médical de la ville, engagé dans la lutte contre la Covid-19, auxquels elle a remis 25 passeports culturels. Un geste symbolique en remerciement de tous les efforts et sacrifices consentis par ces « soldats blancs » dans leur combat contre cette pandémie mondiale de coronavirus nouveau.

Lamia B.