Lutte contre les enlèvements : L’Etat va durcir les peines encourues

Lutte contre les enlèvements : L’Etat va durcir les peines encourues

Les auteurs de crimes d’enlèvements, sont avertis : Ils risquent la perpétuité. En effet, le ministre de la Justice garde les sceaux, Belkacem Zeghmati, a affirmé, ce mardi, que le nouveau projet de loi relatif à la prévention et à le lutte contre les crimes d’enlèvement, « comprend un ensemble de mesures strictes et sévères ».

« Cette  loi prévoit une peine entre 15 et 20 ans contre les ravisseurs », avertis le ministre précisant que le peine « pourra aller jusqu’à la perpétuité, si la victime a subi un préjudice où un handicap permanent ou aura été prise en otage pour demander une rançon ».  Dans le cas où l’enlèvement a pour conséquence le décès de la victime, la peine encourue est la peine capitale.

Pour ce qui est de l’enlèvement d’un enfant, le législateur a prévu deux sanctions : la perpétuité ou le peine de mort.

Au titre les mesures dissuasives, les auteurs de ce type de criminalité ne peuvent bénéficier de circonstances atténuantes, ni de d’adaptation de le peine.

 Dans le même contexte, le ministre de la Justice, a rappelé que le  projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre l’enlèvement, adopté par le Conseil des ministres lors de sa dernière réunion, apporte une approche « globale » à travers deux volets, l’un préventif et l’autre répressif avec des peines sévères.

Plus précis, le ministre de la Justice a fait savoir que ce projet de loi stipule que l’Etat se charge de la mise en place d’une stratégie nationale de prévention contre le crime d’enlèvement, ce qui permet à l’ensemble des acteurs de la société, à commencer par la famille et l’école en passant par la société civile et les médias, de jouer un rôle important dans la lutte contre ce type de criminalité.

M.M.H