Lutte anticorruption : des millions de dollars saisis par la justice

Lutte anticorruption : des millions de dollars saisis par la justice

Le ministère de la Justice a publié un communiqué, ce lundi 3 mai, concernant les sommes d’argent et les biens saisis dans le cadre de la lutte anticorruption à travers le territoire national.

Ainsi, les autorités judiciaires compétentes ont saisi plus de 52 milliards de dinars dont plus de 39 milliards de dinars qui ont fait l’objet de jugements.

En dollar, les sommes récupérées par la justice sont astronomiques. Plus de 213 millions de dollars sont entre les mains de la justice dont plus de 198 millions font l’objet d’une saisie.

En euro, la justice algérienne a confisqué près de deux millions d’euros dont une somme de près de 680 000 euros qui a été saisie.

Le communiqué évoque des saisies d’autres capitaux en d’autres devises en espèce et sur des comptes bancaires. Toutefois, il s’agit de sommes inférieures par rapport aux montants saisis en dollars et en euros.

Ce n’est pas tout. La justice a saisi six navires et 4689 véhicules. Au total, 4766 véhicules ont été mis sous la main de la justice.

Concernant le foncier, 301 parcelles de terrain, urbaines et agricoles, ont été récupérées par les autorités judiciaires dont 214 ont été littéralement saisies. Aussi, 87 logements, 23 locaux commerciaux et 21 constructions ont été confisqués.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé à maintes reprises que la lutte anticorruption est une priorité. En octobre 2020, il a qualifié la corruption de trahison qu’il s’engageait à éradiquer, dans un message adressé aux participants de la 22e édition de la semaine du Saint Coran, tenue à Mostaganem.

Début avril 2021, il réitéré son engagement à récupérer « l’argent détourné appartement aux Algériens ». « C’est l’un de nos objectifs essentiels », a-t-il souligné lors d’une interview accordée à des médias nationaux.

Le président Tebboune a révélé, dans ce contexte, la prédisposition des pays européens à soutenir l’Algérie dans cette offensive contre la corruption.

Skander Boutaiba