Les transports publics privés reprennent du service

 

Les transports publics privés reprennent du service

Les gestes barrières globalement respectés

 

Apres que le tramway ait repris ses activités hier, c’est aujourd’hui que les transports publics privés ont repris du service. L’affluence au niveau de la principale gare routière d’Alger du champ de manœuvre, est assez dense. Selon le chef de quai, cela s’explique par le fait que beaucoup de personnes n ‘ont pas encore repris leur travail, et attendent surtout de voir  l’organisation mise en place.

Les gestes barrières sont globalement respectés et tous les usagers portent des masques.

Reste que la crainte essentielle des agents de ce secteur est de voir  l’incivisme reprendre du dessus.

D’autres parts, les professionnels certifient que si les activités ont repris, les pertes financières qui leur ont été occasionnées sont irréversibles et sont accentuées aussi par le respect des distanciations sociales mises en place. Faire les trajets à moitié plein ne va pas concourir à rentabiliser les frais occasionnés

Le même problème est aussi rencontré par la Setram (Société d’Exploitation des Tramways).

Si le premier jour la reprise de l ‘exploitation s’est déroulée sans problème majeur, les craintes sont toujours vivaces quant à un délitement de l’application des gestes sécuritaires.

Un agent au terminus du ruisseau avoue ses craintes, et particulièrement s’agissant des jeunes adultes, pour qui observer ces règles est anodin. Les agents de la Setram ont été briefés pour engager une campagne de sensibilisation auprès des récalcitrants et ont été priés d’user de toute la pédagogie possible pour faire respecter les réglés.

Un agent de police nous a assuré également, que tous les agents des forces de l ‘ordre investis à la protection des usagers du tramway sont instruits des mêmes règles, pour un trajet e toute quiétude

Celui-ci a également confirmé que le problème se situe au moment des heures de pointe , ou l ‘affluence est plus dense et les gens plus difficilement contrôlables

Par reda Hadi