Les derniers moments d’une sacrée journée

Les derniers moments d’une sacrée journée

C’est en effet une sacrée journée que nous sommes en train de terminer j’espère en apothéose afin qu’elle devienne une journée sacrée ! Oublié le covid19 et ses chiffres perdus dans une avalanche d’informations sur le référendum, très peu cité l’anniversaire du 1er novembre 1954 bien que son souvenir ait été en filigrane à chaque moment de ce jour, il n’y avait que l’espoir d’une vie, simple, sans les faux problèmes, sans les pénuries fabriquées, sans la ripaille des uns face à la faim de la majorité ! Le baisser de rideau est pour bientôt et sera engagée aussitôt après une autre attente, celle des résultats.

Le peuple entier sera accroché à son écran TV ou à son smartphone, attendant la bonne nouvelle qu’il ressent déjà dans ses entrailles, la peau soulevée de picotements et le cœur en alerte. Le Oui l’emportera, c’est sûr, mais l’attente et l’être humain sont ainsi faits qu’ils ne peuvent se rencontrer sans émotion, sans énervement, l’un se morfondant en ne sachant que faire, l’autre se délectant (peut-être) de cette peur tenace et inaudible.

Des moments forts durant cette journée mémorable, il y en eut. D’abord à la vue de ces milliers d’hommes et de femmes se dirigeant tôt la matinée vers les bureaux de vote pour choisir la voie qu’empruntera leur pays. Il y a eu aussi ces images relayées par les télévisions du vote d’anciens moudjahid qui ont voulu continuer leur combat salvateur pour mettre l’Algérie à l’abri des pièges que lui tendent ses ennemis, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il y a eu aussi ces interventions de jeunes, imbus de patriotisme, suivant les pas de leurs ainés, qui appelaient de toutes leurs forces leurs concitoyens à participer massivement au vote, comme pour barrer la route à tous nos ennemis, dans une communion complète, sans distinction de sexe, sans différence de région ni de dialecte, tous ensemble pour sauver l’Algérie.

Et l’apothéose fut lorsque la première dame de l’Algérie nouvelle a été montrée par la télévision votant pour elle-même et pour son mari, le président Tebboune qui se trouve en soins en Allemagne. La vidéo a été relayée par des milliers d’utilisateurs de réseaux sociaux, la soutenant dans son malheur de voir son mari malade, priant Dieu pour qu’il guérisse et revienne continuer son œuvre.

C’est une autre victoire des algériens, malgré le covid19 qui guette, les problèmes économiques qui ont laminé tout le monde, malgré, et peut-être à cause de tout cela, que le peuple algérien a défait, comme à son habitude les donneurs de leçons et tous les ennemis de notre pays.

L’attente ne sera pas trop longue, nous l’espérons et nous attendrons, ensemble là encore, l’annonce des résultats, l’annonce de la naissance de la Nouvelle Algérie.

Tahar Mansour