Les ‘chères’ amitiés d’Hassan II

Les ‘chères’ amitiés d’Hassan II

Dans un article paru dans la rubrique ‘Escale’ du quotidien El Moudjahid, le journaliste Rachid Lourdjane, se rappelle et nous en fait part, d’évènements qui se sont déroulés en 1984 et qui ont eu pour protagonistes le président de Guinée, Sékou Touré et le roi Hassan II du Maroc.

Au-delà de la gouvernance musclée des deux amis, d’autres intérêts liaient les deux hommes : Sékou Touré s’était octroyé le tiers de la production de diamants de son pays, le trésor public étant destinataire d’un autre tiers et le troisième revenait au concessionnaire de la mine. Quant à Hassan II, il va de soi qu’il tienne à son ami Guinéen qui ne faisait confiance à personne et qui s’est donc tourné vers lui pour en faire son confident et son … dépositaire !

Lourdjane nous rappelle qu’au mois de mars 1984, Sékou Touré a eu un brusque malaise alors qu’il préparait une importante rencontre continentale à Conakry, la capitale guinéenne. Il revenait aussi très fatigué d’un périple qui l’a mené à Alger et à Rabat pour aplanir les différends entre les deux voisins.

Aussitôt, le monarque marocain dépêcha une équipe de médecins de son pays par avion spécial mais leur diagnostic était que Sékou Touré devait subir une opération du cœur aux Etats-Unis. Un avion médicalisé saoudien fut affrété, le président Sékou Touré fut transporté aux USA mais il décéda au cours de l’opération chirurgicale.

La question des diamants de Sékou Touré est demeurée posée en filigrane, mais elle est là, lancinante, nombreux ayant été ceux qui ont cherché à connaitre leur destination ou leur devenir sans y parvenir.

Il n’en reste que la conversation sibylline entre Rachid Lourdjane et un haut gradé de l’armée qui lui fit une véritable révélation : « Sékou est parti, lui a-t-il dit, avec ses secrets ». Le journaliste croyait qu’il parlait de tout ce qu’a fait Sékou Touré contre ses ennemis et répondit : « en 22 ans de pouvoirs absolus, les secrets doivent être bien lourds ». Le haut gradé le regarda et lui dit : « Je parle du trésor de diamants confié à la garde de son ami le Roi et dont nous sommes certains qu’il ne retournera jamais en Guinée».

Les amitiés du roi du Maroc étaient vraiment très chères.

Tahar Mansour