Le Roi du Maroc « Amir-Al-Mouminin » vient de choisir le camp des sionistes, contre le peuple Marocain

Le Roi du Maroc « Amir-Al-Mouminin  » vient de choisir le camp des sionistes, contre le peuple Marocain.
En allant vers des solutions aussi radicales, et en ne tenant pas compte des sentiments et de l’attachement des Marocains à leur foi, le roi sioniste vient de commettre un autre impair, en s’alliant publiquement avec le sionisme international, l’ennemi juré des Musulmans.
Les juifs ne sont pas tous des sionistes et ils ne sont pas tous nos ennemis , bien au contraire, des juifs Algériens ont soutenu le peuple Algérien , durant la révolution.

Cette observation importante , nécessite à ce qu’elle soit soulignée , pour éviter qu’on nous traite d’anti sémite.

Il n’y a pas si longtemps , des forces obscures en Mauritanie , ont normalisé leur relation avec l’entité sioniste et ils ont permis à cette dernière d’installer une ambassade dans leur pays.

L’alliance du roi du Maroc avec l’entité sioniste pour s’accaparer du Sahara occidental est un un autre échec qui démontre que ce territoire n’est pas Marocain.

La similitude de l’extension sioniste au moyen orient et l’extension du Maroc au Sahara occidental est l’expression d’un colonialisme que rien ne peut justifier, sur le plan de la légalité internationale.

On comprend parfaitement pourquoi le Maroc et l’entité sioniste font cause commune , sur un dossier , classé par l’ONU , comme une question de décolonisation.

Le Roi du Maroc doit savoir parfaitement que le siege d’une ambassade justifie uniquement le lieu de résidence de celle ci, et cela ne peut en aucun cas modifier la nature juridique du territoire sur lequel est implanté cette ambassade.

Jérusalem ou Layoun , c’est des territoires occupés qui ne relèvent pas de l’autorité qui administre actuellement ces territoire, de manière illégale.

Pourquoi ce basculement de beaucoup de pays Arabes , dans le camp sioniste,  qui menace les interêts de la nation arabe ?

Ce phénomène n’est pas récent et il a commencé depuis fort longtemps . il s’est accentué avec le printemps maussade qui a accéléré la subversion dans le monde Arabe.

Le prince Benselman en Arabie Saoudite a été installé au trône avec le concours actif du prince sioniste Ibn Zaied,  qui a lui même écarté son frère , qui n’était pas pro sioniste.

Le Président Morsi, qui n’était disposé à normaliser les relations de son pays avec l’entité sioniste, a été lui même écarté par les manœuvres occultes des princes Ben Salman et Ibn Zaid, en installant au pouvoir Sissi qui est pro sioniste .

Au Soudan, le renversement du Président Omar el el Bachir a été suivi par l’installation d’une instance de transition pro-sioniste.

Au Maroc , les trahisons contre le peuple Marocain ne sont pas nouvelles. Elles sont toujours intervenues pour sauver le trône des alaouites.

Les monarchies dans le monde Arabe, sont la création de l’occident, et à chaque fois que le trône a chaviré ou a été menacé , elles se sont mises sous le protectorat de l’occident.

Les trahisons en série ne ne sont pas nouvelles . Les Arabes au Moyen Orient ont trahi la cause palestinienne et bien d’autres , en cédant dangereusement leur souveraineté et le devenir de leur nation, à leur géniteur.

Le roi du Maroc vient de signer la fin de la monarchie, en remettant le sors de son pays aux sionistes , qui vont cette fois ci agir publiquement , et faire des Marocains des triples  sujets,  du roi , de la France et du sionisme international .

Sans aucun doute, le roi n’a pas prévu,  ou du moins sous estimé ou méprisé les capacités d’indignation de son peuple .

Le Président Égyptien Essadat a payé de sa vie, la trahison de camp David qui s’est transformée en tombeau des Palestiniens .

Pour Trump, il faut savoir que sa décision intempestive ne fait pas le consensus , aussi bien dans le camp Présidentiel que dans le camp des Démocrates .

Le Présidentiel  John R. Bolton s’est opposé à une telle décision irréfléchie de Trump, et il a estimé que celui-ci a remis en cause une décision constante de trente ans  de l’Amérique.

La légalité internationale ne passe ni par Wachington, ni par l’entité sioniste , et là le Roi du Maroc fait fausse route, en pensant que c’est grâce à ce marchandage ignoble, relevant de la piraterie diplomatique, que le Sahara occidental sera annexé indûment à son royaume chancelant.

Le Président Beiden n’est pas un ignorant comme Trump. il est professeur en droit constitutionnel et il n’acceptera pas les décisions douteuses et extrêmes de celui ci, prises après les élections  .

Dans le monde, les pays évoluent dans un environnement hostile. Ils sont confrontés à des difficultés extrêmes , liées à la crise économique et a une pandémie internationale, inédite et crisogene .

La  maladie d’un President, particulièrement durant cette pandémie du Covid 19 , où personne n’est à l’abri de ce virus mortel, ne doit pas défrayer la chronique, ou se transformer en sujet de discorde.

De tels dérapages étaient prévisibles, et cela est du , d’une part , à une cacophonie des intervenants ,dans ce domaine , et d’autre part, à l’absence d’une communication institutionnelle , transparente, normalisée et à temps  .

Cette question a souvent été traitée, dans l’improvisation des intervenants, dont certains n’étaient ni autorisés, ni  qualifiés pour le faire .

La vacance du pouvoir, pendant une décennie , durant le long règne de Bouteflika , a certainement traumatisé les consciences des Algériens, qui ont été durement trompés , sur la capacité de leur Président.

Le problème de la vacance est un problème tout à fait naturel , qui peut survenir à tout moment , dans n’importe quel pays, à condition qu’il soit pris en charge , dans le cadre des mécanismes constitutionnels .

L’Algerie a su traverser tous les moments difficiles , grâce à la clairvoyance et au patriotisme de ses enfants.

La vacance , pour cause de maladie , ou une autre cause , prévue la la loi , ne constitue pas en elle même une crise politique, et a ce titre , ce sujet ne doit en aucun cas être instrumentalisé, dans des cadres extra légaux, dans les sinistres  ténèbres des alcôves de la subversion.

L’ingérence étrangère de certaines officines diplomatiques , à Alger, a consisté à peser de tout leur poids, pour que le débat politique dérape vers  la voie de l’organisation d’une transition politique en Algérie.

Si un tél fait venait à être confirmé, cela constitue un acte grave qui doit être rappelé à l’ordre , de manière vigoureuse.

La France tient un double langage avec l’Algerie. Elle a toujours œuvré en coulisse , pour nous affaiblir et nous fragiliser . C’est le pur  jus mortel de la politique néocoloniale de la France – Afrique.

Nous avons toujours appris à nos dépends , les capacités sournoises de nuisances de la France, pour les avoir, hélas , subies pendant longtemps.

De telles manœuvres ne sont pas uniquement des ingérences , mais elles constituent ,aussi , des actions subversives , devant évoluer vers le désordre et le chaos, en instrumentalisant des acteurs nationaux, connus , qui ont toujours manifesté leur hostilité à l’égard de l’Algerie, et qui ont aussi souvent ,

affiché publiquement leur sympathie, à l’égard des ennemis de notre pays.

Si dans le cas où la vacance serait un scénario inévitable, celui ci ci doit être pris en charge , dans le cadre des lois de la République, pour fermer les voies aux  opportunistes de tout bord, roulant pour le compte d’entités étrangères.

La mise en œuvre des dispositions constitutionnelles , conformément aux procédures légales , constitue une solution devant  répondre  ,à temps , aux inquiétudes de la population.

Notre peuple continuera à  défier les gouvernants qui ont dilapidé les biens et les ressources de notre pays, et personne ne pourra entraver le cours de la justice , qui sera implacable à l’encontre de ceux qui ont menacé la sécurité de notre pays.

Des défis économiques stratégiques, pour l’avenir de notre pays , sont gérés en solo, sans l’ouverture d’un débat national, qui associerait tous les experts de renommée nationale ou internationale.

Les avis des uns et des autres, divergent,  quand aux solutions urgentes à préconiser, pour éviter une chute brutale , dans le piège à crabe du FMI .

La réponse à nos réoccupation n’est pas  qu’on nous dise que la situation est gerable.

La sagesse et le bon sens nous imposent un discours loin de la langue de bois, et plus de transparence sur un sujet dans lequel se joue le devenir de notre pays.

Pour les Algériens, ce qui est fondamental, c’est de connaître ce que nos gouvernants ont l’intention de prendre comme mesures , pour éviter le scénario de l’endettement brutal , du FMI et de ses solutions anti sociales.

Un tél débat public contradictoire n’a pas encore eu lieu , et les populations sont en droit de connaître de quoi sera fait leur devenir.

Pour le moment , la transparence n’est pas de mise, et les Algériens se nourrissent des pires ragots qui circulent sur les réseaux sociaux.

C’est pourquoi,  la concertation à ce sujet , est plus que nécessaire , pour éviter ,encore , des erreurs de sortie de crise , que le pays pourrait payer très cher.

L’évolution très rapide des événements sur le plan régional , nous impose un agenda serré ,sur des questions stratégiques , que nous devons identifier, pour les prendre en charge , au pas de course , et au plus vite , pour le salut de la nation.

Sur ces questions, l’erreur n’est plus tolérée et tout faux pas nous serait fatal .

HASSEN KACIMI