Le prix du panier Opep à près de 43 dollars

Pétrole

Le prix du panier Opep à près de 43 dollars

Le prix du panier de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) frôlait les 43 dollars, s’établissant, hier vendredi à 42,93 dollars le baril, contre 42,89 dollars la veille, selon les données de l’Organisation rendues publiques lundi sur son site.

A ce niveau, le prix moyen du pétrole brut de l’Opep « retrouvait des couleurs après la crise de la pandémie du Coronavirus qui a eu de graves conséquences sur la demande de l’or noir et les prix qui avaient chuté à 16 dollars février dernier », relèvent les analystes du marché.

Les prix ont alors repris en mai dernier, à la faveur de l’application de l’accord de baisse de production des pays de l’Organisation.

Les experts de l’Organisation estimaient dans un dernier rapport que sur une base mensuelle, le panier Opep est passé de 7,51 dollars à 25,17 dollars le baril, en hausse de 42,5%.

« Cette hausse reflétait des gains dans les principaux repères, car l’offre mondiale de pétrole a diminué et la demande de pétrole brut a commencé à s’améliorer progressivement au milieu de l’assouplissement des contraintes liées au Covid-19 », avaient-il précis.

En ce début juillet, la progression du prix moyen de pétrole brut de l’Opep intervient au moment où les 13 pays de l’Opep et leur 10 partenaires, dont la Russie, entament la seconde phase de baisse de production pour soutenir les prix, souligne-t-on.

Selon l’accord du 6 juin dernier, les pays signataires doivent appliquer une baisse de leur production de l’ordre de 9,6 millions de barils par jour durant le mois de juillet 2020. S’agissant des prix de l’or noir dit de référence, Brent de la mer du Nord et le WTI américain, ils ont entamé aujourd’hui, la semaine en « légère hausse », portés par la maîtrise de l’offre des membres de l’Opep.

Ainsi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 43,40 dollars à Londres, en hausse de 1,40% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril américain de WTI quant à lui, progressait à 40,77 dollars.

« Les prix du pétrole semblent avoir trouvé un certain équilibre aux alentours de 40 dollars le baril », notent les analystes, pour qui  le prix du Brent surtout « est soutenu par une offre qui se restreint ».

Les observateurs estiment que les membres de l’Opep et leurs dix alliés, dont la Russie, réunis au sein de l’Opep+, « semblent dorénavant se conformer aux coupes de production de 9,7 millions de barils par jour auxquelles ils se sont astreints jusqu’à fin juillet ».

Le brut américain, pour sa part, avance moins vite « à cause des nouveaux cas de coronavirus qui pourraient entraîner le ralentissement de la demande de pétrole aux Etats-Unis si des mesures drastiques de confinement étaient mises en place ».

Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’Opep comprend actuellement 13 bruts, dont le Sahara Blend algérien. Le  brut algérien est en général au-dessus du Brent.

Adel M.