Le président Tebboune : « La corruption est une trahison de la patrie que je m’engage d’éradiquer »

Le président Tebboune : « La corruption est une trahison de la patrie que je m’engage d’éradiquer »

Abdelmadjid Tebboune, président de la République, a adressé un message, ce lundi 19 octobre, aux participants de la 22e édition de la semaine du Saint Coran qui se déroule cette année à Mostaganem.

Dans son message, prononcé par Youcef Belmehdi, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, le président de la République est revenu sur l’inauguration de la Grande mosquée d’Alger le 28 octobre prochain.

Le président Tebboune a souligné que ce monument, cultuel et culturel à la fois, reflète l’image de l’Algérie nouvelle « fière de son originalité et attachée à son identité ».

« Le Saint Coran affirme que la connaissance et la clé de toute réforme », soutient-il. Et d’ajouter, « aujourd’hui, il n’y a pas de place dans le monde pour ceux qui ne maîtrisent pas la science et la connaissance ».

Pour ce faire, le président de la République a insisté sur l’intégration de ce qu’il qualifie « d’énergies vivantes » dans la société. Une intégration, qui ne sera pas selon lui, sans la lute contre la corruption.

« La corruption est une trahison de la confiance et de la patrie que je m’engage d’éradiquer », promet-il.

Abdelmadjid Tebboune a indiqué, dans ce contexte, que seules les réformes peuvent mettre à profit le potentiel de la société et jeter, ainsi, les bases du renouveau. « Les réformes crée l’environnement approprié pour attirer toutes les capacités », a-t-il affirmé.

Enfin, le chef de l’Etat a mis en garde contre les aléas de cette ère qui « n’a pas de pitié pour ceux qui sont à la traîne ».

Nacereddine Benkharef