Le parti de Macron ouvre une représentation dans les territoires occupés sahraouis : Le diktat des hors-la-loi !

Le parti de Macron ouvre une représentation dans les territoires occupés sahraouis : Le diktat des hors-la-loi !

Le parti présidentiel d’Emanuel Macron, à l’occasion de son cinquième anniversaire, a décidé, non pas de mettre les petits plats dans les grands, sachant que le « monsieur jupitérien » s’apprête à briguer un second mandat, mais carrément de…. Mettre les pieds dans le plat. Le parti de Macron, La République en Marche, dans un communiqué, dit projeter d’étendre es ramifications maghrébines et nord-africaine.

Ce faisant, les choix élyséens ne souffrent d’aucune ambigüité. En choisissant d’ouvrir un bureau à Dakhla dans les territoires occupés sahraouis, la France officielle tombe définitivement son masque. Implicitement, elle s’aligne sur le choix controversé de Donald Trump de reconnaitre dans un Tweet la prétendue « marocanité du Sahara Occidental ».

Or, le coup de folie de Trump, unanimement dénoncé à travers le monde et jamais suivi d’effets sur le terrain, donne l’air d’avoir cristallisé une émulation à tout le moins provocatrice, scabreuse et scandaleuse.

La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, est supposée faire partie de ces grandes puissances planétaires  chargée de faire respecter le droit international, et de veiller à son respect strict et absolu. Or, force est de relever que cette décision du parti de Macron s’assimile à un vulgaire acte de brigandage, un défi clair aux textes régissant la charte des Nations-Unies.

Et par les résolutions prises en quatrième commission de l’ONU, le Sahara Occidental est un territoire non-autonome, en attente de sa décolonisation à travers la tenue d’un référendum d’autodétermination. Ici, la folie de Trump, qui avait failli mettre son pays à feu et à sang rien que pour se maintenir au pouvoir, vient d’être rejoint par un Macron qui, lui aussi, se montre prêt à agir ouvertement en hors-la-loi, et spolier le peuple sahraoui de ses droits élémentaires et légitimes dans le seul but de rempiler, et de se maintenir au pouvoir.

Cette détestable façon d’agir, à laquelle n’est pas étranger le puissant lobby sioniste mondial, fait primer la loi de la force sur la force de la loi. Les discrètes manœuvres françaises en faveur du colonialisme criminel marocain, jusque-là opérées en coulisses, se font désormais au grand jour.

Macron se montre pressé d’exhiber son allégeance  ses maitres d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Le front Polisario, représentant unique et légitime du peuple sahraoui, a dès lors toutes les raisons du monde de poursuivre sa lutte armée jusqu’à la victoire finale. La demande d’un siège permanent au profit de la RASD est certes une manœuvre adroite et intelligente.

Mais seule la résistance armée permettra au peuple sahraoui d’arracher ses droits. La glorieuse épopée algérienne en est une preuve irréfutable. Non, le contentieux entre Alger et Paris n’est pas prêt d’être soldé !

 Mohamed Abdoun