Le ministère des Finances organisera  demain  des assises nationales sur la réforme fiscale

Une première en Algérie 

Le ministère des Finances organisera  demain  des assises nationales sur la réforme fiscale

Le Centre international des Conférence abritera  lundi  des assises nationale sur la réforme fiscale organisées par le ministère des Finances. Cet événement  éminemment important, constitue une première en Algérie et sera consacré  selon le ministre des Finances Aymen Benabderrahmane au  recueil  des propositions qui permettront l’élargissement de l’assiette fiscale.

Par ailleurs,  cet événement auquel participera  le gotha de la finance  contribuera à coup sûr à   « briser les verrous » qui ont fait fuir une catégorie d’ Algériens du paiement des impôts en raison, notamment, des « pressions » exercées sur une catégorie particulière d’opérateurs au bénéfice d’une « population » qui s’est toujours placée en dehors de la sphère d’imposition. Il est utile également de préciser que  l’élargissement de l’assiette fiscale passe par « l’implication ou l’imposition de toute la population qui n’est pas imposée pour l’instant, et qui est en dehors de la sphère d’imposition ».

Impératif  sur lequel  le ministre des finances a longuement disserté à travers ses nombreuses interventions à ce sujet. En vertu de l’extrême importance de ce sujet, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait  consacré tout un chapitre lors du dernier conseil des ministres du  dimanche 12 juillet dernier. A ce sujet, instructions ont été données au ministre des finances pour  accélérer l’ensemble du processus de réforme du secteur notamment en ce qui concerne la réforme du système bancaire qui devient plus urgente que jamais.

Il a également insisté sur la nécessité d’accorder une attention toute particulière à la numérisation et à la modernisation des secteurs des impôts, du cadastre et des douanes, et de  poursuivre le processus de mise en place de la finance islamique pour dynamiser la collecte de l’épargne et créer de nouvelles sources de crédits,  D’ailleurs,  le président de la République avait  noté avec satisfaction l’annonce faite par le ministre des Finances que le pays pouvait injecter immédiatement pour l’investissement et la relance économique l’équivalent de mille milliards de dinars auxquels s’ajoutent dix milliards de dollars disponibles qui viendront s’ajouter aux économies susceptibles d’être faites sur les dépenses inhérentes aux services et autre études.

Cela viendra en appui aux mesures visant l’élimination de la surfacturation et la récupération de l’argent disponible dans le marché informel. Pour rappel, le premier argentier du pays, a insisté la semaine dernière lors de son passage à l’émission quotidienne « l’invité de la rédaction » de la radio Chaine 3, sur le fait que « ce travail de réforme, mené par l’administration fiscale, doit  œuvrer à convaincre cette frange de la société à l’adhésion dans la contribution» , qu’il considère comme un acte citoyen. Aussi, notant  « anormal » que la fiscalité ordinaire soit majoritairement constituée par une retenue à la source, sous la forme d’un impôt sur le revenu, le ministre avait  signalé qu’il s’agit, désormais, « d’élargir cette dernière en procédant, notamment, à un recensement « juste » de la population fiscale et à un renforcement des capacités de recouvrement. Enfin, pour ce qui est des assises  nationales sur la réforme fiscale qui se tiendront demain, les pouvoirs publics ont pris la résolution ferme de procéder à la de création  de nouveaux systèmes de gouvernance permettant d’introduire l’innovation dans leur fonctionnement.

Ferhat Zafane