Le Groupe Sonatrach met en œuvre la feuille de route de l’État

sonatrach
Le Groupe Sonatrach a salué ce samedi 18 juillet, les décisions du  Président de la République, prises lors du dernier Conseil des Ministres. « Elle réaffirment tout l’intérêt qu’accordent les Hautes Autorités de l’État à Sonatrach et à son devenir, et qui sont de nature à redynamiser les activités du Groupe en lui fixant des objectifs en vue de moderniser sa gestion, d’améliorer son efficacité opérationnelle et sa compétitivité et de valoriser sa ressource humaine qui demeure sa première richesse », affirme en effet le Groupe dans un communiqué publié sur son site.
« Sonatrach s’inscrit pleinement dans la vision de l’État, qui prône notamment, la consolidation de la base de réserves d’hydrocarbures, la mobilisation des découvertes pour augmenter les niveaux de production, le développement des activités de transformation pour valoriser les ressources du pays, la rationalisation et l’optimisation des dépenses afin de renforcer la capacité de résilience du Groupe et d’assurer sa profitabilité et sa pérennité », lit-on dans le même communiqué.
Pour atteindre ces objectifs, Sonatrach, affirme, poursuivre la concrétisation de son programme stratégique à travers des projets d’amélioration couvrant, entre autres, la modernisation de la fonction ressources humaines, l’implémentation d’un système d’information (ERP, digitalisation, etc.), la redynamisation de la fonction recherche et développement et la promotion du contenu local. « Sonatrach mobilisera tous les moyens pour concrétiser les objectifs qui lui sont assignés dans le respect du calendrier arrêté », précise-t-on de même source.
Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait pour rappel, donné instruction lors de la réunion périodique du Conseil des ministres, tenue dimanche dernier, par visioconférence, pour qu’un audit « profond » soit engagé au niveau du Groupe Sonatrach.Le Chef de l’État a ordonné cet audit pour une évaluation du patrimoine de Sonatrach, ainsi que la réduction du nombre de ses représentations à l’étranger.
Cette décision vise aussi la diminution des postes de responsabilités « qui ne sont pas liés au rendement ou à la rentabilité de l’entreprise », ainsi que « le passage d’une gestion qui date d’une époque révolue vers une comptabilité analytique saine ».
Farid Houali