Le FLN de nouveau dans la tourmente

Le FLN de nouveau dans la tourmente

Décidément, le parti historique ne semble pas décidé à se relever et à dépasser les querelles qui le minent de l’intérieur, le faisant sombrer chaque jour un peu plus. Alors que l’heure est plutôt à la reconstruction de tout ce qui a été détruit durant les dernières années, nous assistons à de véritables lynchages qui n’en finissent pas.

Depuis quelques temps, nous assistons à des joutes oratoires entre le SG du FLN, Abou El Fadhl Baadji et un nombre important de militants et de responsables du parti qui ont d’ailleurs fait l’objet de sanctions ou qui sont convoqués par la commission de discipline. Il y a quelques jours, c’est le secrétaire de la Mouhafadha d’Ain Fekroun et membre du comité central du FLN, Tahar Kaïs, qui est monté au créneau pour dénoncer les agissements du SG du FLN qui aurait dépassé ses prérogatives en faisant passer des membres du comité central devant la commission de discipline, sans compter qu’il aurait refusé d’organiser les élections pour la réélection des instances.

Aujourd’hui, c’est M. Benderah de la Mouhafadha de Djelfa et membre du comité central qui a apporté de l’eau au moulin des contestataires du SG du FLN qui l’aurait convoqué devant la commission de discipline. Joint par téléphone, le membre du comité central affirma tout de go que : « ce personnage ne veut pas aller aux urnes et nous pouvons dire que près de 100 % des membres du comité central sont contre lui car, déjà, il n’est pas dans la légalité à son poste de SG du FLN ».

Il continua en déclarant que : « il est venu en mission pour liquider tous les militants du FLN depuis qu’il a rencontré l’ambassadeur français en Algérie. Les ordres sont venus de parties connues et il est venu terminer la mission que ces prédécesseurs n’ont pas réussi à mener à terme. Nous le connaissons et nous savons ce qu’il est venu faire, d’ailleurs il a mené des anciens moudjahidine devant la justice, à l’instar de Si Abdelkrim Abada, un ancien condamné à mort durant la guerre de libération nationale ».

« Il est en train de liquider tous les militants sincères sous couvert de renouveler et de rajeunir les instances du parti, mais sa mission n’est pas le renouvellement, son objectif est plutôt de mettre un terme aux activités du parti », continue-t-il. « Nous connaissons sa mission et nous savons qui est derrière lui », martèle-t-il encore.

Notre interlocuteur affirme qu’il y a des gens qui sont en train de mettre en œuvre un agenda étranger pour mettre à bas l’Algérie en s’attaquant justement à ses symboles. Benderah rappelle aussi qu’il est militant du FLN depuis 1975 et qu’il connait tout ce qui s’y passe : « nous connaissons ce genre de personnes et depuis lors nous les combattons », a-t-il déclaré. « Nous savons aussi que la France ne laissera jamais notre parti tranquille, elle fera tout pour le saboter », continue-t-il. Selon lui, ils veulent donner une mauvaise image du Front de Libération Nationale pour que les citoyens disent ‘voyez la corruption qui existe au sein de ce parti et tous ceux qui ont été placés à sa tête se trouvent en prison, ils les ont placés juste pour salir le FLN ».

En plus, il explique qu’ils ont même été empêchés de tenir des élections « nous avons commencé à 10 h et jusqu’à 16h nous n’avons pas pu les tenir », dénonce-t-il. La preuve que le FLN est devenu faible, c’est le fait que même le président a reçu nombre de partis après son retour d’Allemagne, mais pas le parti FLN : « parce qu’il sait ce qui s’y passe, il était lui-même membre du comité central », a-t-il encore affirmé.

Enfin, M. Benderah déclare que la presque totalité des membres du comité central ainsi que nombre de militants ont signé contre l’actuel SG du FLN : « nous ne demandons rien de plus que de tenir des élections pour désigner un nouveau secrétaire général, c’est tout », insiste-t-il en estimant que ces ‘personnages’ tentent de liquider le parti FLN en tant que ‘symbole’, pas en tant que parti : « ils veulent terminer le travail ignoble que la France n’a pas pu mener à bien ».

La Patrie News