« LE BURNOUS ANCESTRAL UN HABIT CULTE DES IMAZIGHEN » : « GENEALOGIE DU BURNOUS- ETYMOLOGIE ET TOPONYMIE »

« LE BURNOUS ANCESTRAL UN HABIT CULTE DES IMAZIGHEN »

       « GENEALOGIE DU BURNOUS- ETYMOLOGIE ET TOPONYMIE »

   (*) Par Dr Boudjemâa HAICHOUR

   Après avoir publié des études sur le Haïk en étoffe blanc et la Mlaya en tissu noir en tant qu’habit féminin, nous présentons ce qui va être un vêtement « culte de l’homme libre des Imazighen » qui singularise un prêt-à-porter citadin ou rural notamment dans les fêtes et les cérémonies. Selon Ibn Mendour dans le dictionnaire « Lissan al Arab » le mot « burnous » n’est pas d’origine arabe. Il serait appelé « Bars ».

Aujourd’hui le burnous est devenu un costume d’apparat aussi bien chez l’homme que chez la femme. Cet habit ancestral est tissé en laine, en poils de chameau ou en « melf ». Chez la femme il est brodé et se met sur les robes de soirées pour les noces ou cérémonies de circoncision ou mondaine.

Depuis les siècles passés Ibn Khaldoun appelait les berbères « Ashab Al Baranis ». Lors des fantasias il devient la tenue officielle que met le cavalier pour donner une prestance et une stature  sur la monture du cheval barbe ou pur-sang. Lorsque j’ai présenté la généalogie du Couscous en tant que met cérémonial aussi bien dans les Hauts plateaux que dans le tell.

Il représente le plat culinaire millénaire dans notre région maghrébine. Ibn Khaldoun délimite son espace en disant : « La contrée des berbères commence là où les hommes portent des burnous et s’arrête là où les gens ne mangent pas le couscous ».

En langue latine le mot birnous s’épèle « pirnus » désignant une sorte de cape antique. Il revêt toute une symbolique de sagesse, de fierté et d’autorité. Pour la mariée et le mari le burnous est l’habit de la pudeur. Il est à la fois un habit sobre et noble à la fois. Abordons donc pour renforcer l’approche en question au plan anthropologique, anthroponymique et généalogique.

LE ROCHER DE CIRTA COMPARE AU DEPLOIEMENT DU BURNOUS

Je me rappelle de l’ouvrage écrit par Ernest Mercier, Conservateur du musée de Constantine lorsqu’il décrivait la situation topographique de la ville de l’Antique Rocher, il disait : « Les indigènes comparent Constantine, vue des hauteurs du Mansourah à un burnous déployé sur un rocher au soleil, au capuchon correspondrait la Casbah, aux extrémités des pans, l’ancien emplacement du Bordj Asous et la porte d’El Kantera.

Le profond canyon creusé par le Rhumel en escarpements pareil à un bracelet qui entoure le bras, ce fleuve grondant au fond d’un ravin inaccessible enserre le rocher qui supporte Constantine. Il défend cette ville comme les monts escarpés défendent le nid du corbeau. Constantine est bâtie sur un rocher aussi comparée à une bague qui entoure le doigt ». Abou Hafs Sidi Amor El Ouzzan dans une lettre écrite à l’Agha où  Constantine est surnommée « Bled el Haoua », elle croit et grandit comme une ville des passions ».

J’ai pris l’exemple de ma ville comment elle a été décrite comme une « Cité aérienne », « Cité du ravin » ou même « Cité des passions ». Nous sommes en pleine ressourcement  à  travers notre patrimoine plusieurs fois millénaire et de notre culture vestimentaire.

De  son coté Gabriel Camps relève dans l’« Encyclopédie berbère », que dans la chaine algérienne du Djurdjura, il existe des monts Baranés. Ces monts seraient ainsi nommés car leurs habitants portaient des capes similaires au burnous. Sont-ce les burnous originels?

POSTERITE HISTORIOGRAPHIQUE ET GENEALOGIQUE

La recherche toponymique va nous expliquer clairement le succès  de la conquête arabe à la fin du VII e au IX siècle aurait été préparé et facilité par une renaissance surtout un profond renouvellement des populations berbères dans l’Andalousie en deux groupes les »Botr » et les « Branis ».

Baranis est d’origine vestimentaire qui apparait vers les années 697-720  chez Ibn Abdel Hakam suite traduisait une appellation de tribu. Albrenousse dans Léon l’Africain ou les manteaux à la Moresque appelés Albornoz repris par Rich en 1706/59 et Alburnos chez Chataubriand dans les Aventures du dernier Abencérage.

TRIBU DES BARANIS ET L’ETYMOLOGIE DU BURNOUS

Dès la première expédition en 711, l’armée musulmane était composée en majorité par les berbères aux composantes tribales très diverses telles les Zénatas, les Houaras, les Sénhadja, les Ketamas etc… qui passèrent le détroit de Gibraltar (Djebel Tarek).

Or à cette époque les chroniqueurs locaux  Ibn al Kûtiyya mort en 977 et Ibn Hayyan mort en 1076 étaient les Berbères Botr et les Berbères  Baranis. En 850 dans la région d’Algésiras, les chroniqueurs évoquent une autre révolte animé par un berbère  nomme Habib al Burnussi.

Botr et Branis étaient donc les noms des deux tribus berbères qui prennent le contrôle de la péninsule confrontées à un environnement espagnol  et arabe doublement hostile. Ainsi les berbères Butr qui habitaient l’Andalousie sont les Nafza, les Miknassa, les Houwaras, les Madyuna.

En ce qui concerne les Baranis composées  des Kutamas, des Zénatas, des Masmudas, des Sanhadjas. Ibn Hawkal auteur vers 988 donnait une configuration de la terre au Maghreb où il rencontré un généalogiste du nom de  Abu Ishaq Farissi (Al Istakhri) où il a approfondi des connaissances considérées comme originales.

     LE MYTHE D’ORIGINE ET LA TOPONYMIE ARABE EN ESPAGNE

Les orientalistes ne verront qu’une allusion à une particularité vestimentaire à savoir : le « port du Burnous ». Ibn Hawkal met ces « gens à Burnous » en les désignant par un ethnonyme.

Il revient à Ibn Khaldoun l’origine de ce processus dont il est le témoin le plus éloquent. De là commence l’explosion spectaculaire de la littérature généalogique en Espagne. Nous sommes dans la construction du mythe d’origine sur lequel vont se greffer progressivement les diverses généalogies construites sur une riche postérité historiographique.

Ce mythe d’origine du Burnous va servir de fondement l’ossature identitaire de Branès père des tribus berbères  qui selon Ibn Khaldoun évoquera la mention de ces personnage qui figurent dans l’œuvre d’Ibn Kutayba mort en 889 où plus ou moins vont se confondre les familles Madghis al Abtar et les Bernès, confusion que rejettera Ibn Hazm en tant que généalogiste arabe d’Espagne.

Il faut dire que c’est à partir du Xe siècle que se forgèrent les grandes constructions généalogiques autour de Madghis et de Bernès, issues des berbères installés  en Andalousie. Ce sont Hani Ibn Bakr al Darissi, Sadek ibn Suleimane al-Matmati,, Hani Ibn Masdour al Koumi.

Ayoub fils du célèbre Abou Yazid de la tribu des Zénata, connu comme »l’homme à l’âne », celui  qui passa de nombreuses années à Cordoue au milieu du Xe siècle et Kalan Ibn Abi Luwa, hôte du souverain hammoudite de Malaga au début du XIe siècle. D’où l’arbre généalogique selon le schéma suivant :

L’ARBRE GENEALOGIQUE DES BANU MAZIGH

CHAM-CANAAN-MAZIGH-BERR-BERNES(toutes les tribus Branès).

MODER-GHAILAN-KAYS-BERR-MADGHIS AL ABTAR(les tribus Botr).

MAZIGH OU L’ANCETRE EPONYME DES BERBERES

C’est  cet éponyme de Mazigh connu en plusieurs points du Maghreb à l’époque romaine, qui donnera le peuple des Imazighen. Ces berbères se retrouvent également entre Tripolitaine et Cyranaïque au IV e siècle dans le désert libo-égyptien considérés des néo-berbères et Botr. Donc on peut remarquer que Bernès et Madghis al Abtar ont le même père Berr, éponyme de ce peuple berbère.

Mais selon Al Bakri, la grand-mère de Madghis al Abtar s’appelait Tamazigh. Ibn Hazm va dans ce sens en disant que Mazigh sera à la fois l’ancêtre de Branès et de Madghis al-Abtar. En réalité les enjeux réels autour des controverses généalogiques pour donner un fondement historique à l’opposition des deux branches berbères en Espagne sont un élément dans l’établissement d’une parenté berbéro-arabe.

Les tribus Botr pouvaient revendiquer  une origine arabe par leur descendance de Moder (ancêtre proclamé des arabes Mudariste). Aux Branès d’établir leur parenté avec les Mudaristes qui en fait justifie l’alliance établie.

Ainsi l’on constate la polémique qui s’est longtemps prolongée en Espagne entre généalogistes berbères et généalogistes arabes, qui ont donné un grand nombre d’ouvrages. La généalogie berbère est devenue un enjeu anthropologique et politique dans les pays du Maghreb notamment avec l’avènement des Zirides en Tunisie à la fin du Xe siècle accentuant la rivalité entre Senhadja et Zénata.

Ce phénomène des apparentements onomastiques ont façonné la généalogie de l’Espagne et les berbères ont imprimé durant plus de huit siècles le mode de vie espagnol et sculpter leur toponymie aux lieux et aux traditions.

LA LEGITIMATION PAR LA TOPONYMIE ARABE

Ainsi en quête de légitimation les héritiers de Ziri mobilisèrent un groupe de savants qui vont donner naissance  à « l’historiographie dynastique ziride » au premier rang desquels figure le célèbre Al-Rakik mort en 1024, qui en historien comprit l’intérêt des généalogies puisées dans des traités des généalogistes ibériques.

Al Idrissi le géographe mort en 1166, donne des descriptions très précises du peuplement berbère. Après lui vient Al Zuhri début du XII e siècle   qui relate dans son livre « Kitab al Istibsar » en 1191. Ensuite les compilations telles celles d’Ibn Saïd al Gharnati(XIIIe siècle), Abou al Fida(1273-1331) et Ibn Fadl al Umari(1301-1349), l’encyclopédiste Al Watwat mort en 1318 et le voyageur Al Tidjani dans son récit  couvrant la période (1307-1309).

ANTHROPONOMIE ET RACINES BERBERES

Le reflet de la réalité sociale de ces époques vécues par les populations donne une idée toute relative. Ceci est compilé dans le « Corpus des inscriptions arabes de Kérouan ».

Ce recueil a réuni une masse très importante d’épitaphes de berbères arabisés antérieurement à l’arrivée des Hilaliens de 850 à 1049. Or beaucoup de personnages possèdent un surnom qui peut-être géographique, professionnel ou ethnique, sauf pour ce qui est d’Al Baranissi c’est-à-dire fabriquant de burnous.

Kusseïla a été tardivement surnommé Al Baranissi dans les textes  du IX e siècle et Ibn Khaldoun dans ses chapitres historiques et sociologiques, écrivit que la résistance dirigée par Kusseïla dans les années 670 fut un phénomène Branès. Tandis que la lutte de la Kahina qui lui succéda s’organisa sous l’égide des Botr.

LE RECIT NATIONAL ET LES FAITS HISTORIQUES

Assez souvent comme le souligne R. Brunschwig « La période de la conquête étant achevée, le récit change de caractère. Il perd beaucoup de sa forme de hadith et les faits les plus récents paraissent aussi bien plus sûrs ».

En conclusion voyez comment le Burnous a une dimension culturelle pouvant nous mener à remonter notre histoire à partir de notre patrimoine vestimentaire. C’est un exercice de ressourcement et d’attachement à notre culture nationale et notre identité.

                                                 (*) Dr Boudjemâa HAICHOUR

                                         Chercheur-Universitaire Ancien Ministre

 

Bibliographie :

1-L.Jouleaud : « Les grandes lignes directrices de l’orographie en Numidie » Bulletin .soc-géog.Alger XVIII 1913 P.502-509.

2-E.Ficheuh et Agustin Bernard : « Les régions naturelles de l’Algérie » Annales de Géographie,XI, Alger 1902 page353.

3-El Hadj Ahmed El Mori : « Kitab Tarikh Qocentina » trad A.      Dournon Revue Africaine lvii 1913  OPU Algerpage 269.

4-Jean Abélanet: « Lieux et légendes du Roussillon et des Pyrénées catalane » Perpignan 1999 pages 65/81.

5- A.Gateau : « Ibn Abdelhakem et la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes » Annales de l’Institut d’Etudes orientales d’Alger VI- 1942/1947 Page 135.

6- A.Gateau : « Ibn Abdelhakam et les sources arabes relatives à la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne », RT-1936 pages 57/83.

7- Ernest Mercier : « Histoire de l’Afrique Septentrionale »Leroux éditeur-Paris 1888.

8- Rachel Arié : « Etudes sur la civilisation de l’Espagne musulmane »


LIRE AUSSI :

Les Pyrénées, une étymologie controversée, Le Pr Abdelaziz Djerad donne une autre version